Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

"J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

© Jean-Pierre Muller, AFP | Manuel Valls lors de l'université d'été du PS, à La Rochelle, dimanche 31 août 2014.

Vidéo par Clovis CASALI

Texte par Anne-Diandra LOUARN , , envoyée spéciale à La Rochelle

Dernière modification : 31/08/2014

Pour le dernier jour de l'université d'été du PS à La Rochelle, Manuel Valls avait la lourde tâche, dimanche, de recoller les morceaux avec des socialistes divisés, frondeurs, perdus. Entres huées et applaudissements, la salle était divisée.

D'un côté, les loyalistes. De l'autre les anti-Manuel Valls, bien décidés à se faire entendre. À La Rochelle, l'ambiance était électrique, dimanche 31 août, pour la clôture de l’université d'été du Parti socialiste (PS). Après une semaine tumultueuse et trois jours de débats marqués par la montée en puissance des frondeurs avec leur mouvement "Vive La Gauche", le Premier ministre était particulièrement attendu au tournant par les militants et sympathisants socialistes. 

Avant lui, le député David Assouline, organisateur de l'université d'été, Laura Slimani, présidente des jeunes socialistes et Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, se sont succédé sur scène, pour prendre la température d’une salle déjà survoltée. Il faut attendre midi et la fin de l'interminable allocution du nouveau patron de la rue de Solferino pour voir arriver Manuel Valls à la tribune. Applaudi mais également hué par une partie des militants, le Premier ministre peine à prendre la parole. Ses premiers mots, relatifs à un grave accident survenu tôt dans la matinée en Seine-Saint-Denis, sont littéralement engloutis sous d'intenses "Vive La Gauche", le slogan des frondeurs en désaccord avec la politique menée par l'exécutif.

 
"La République n'a pas su tenir ses promesses"
 
Tentant tout de même de s'imposer et confiant "son émotion" de s'adresser à sa famille politique pour la première fois en tant que Premier ministre, Manuel Valls plaide immédiatement pour une gauche unie. "Ce qui fait une famille, c'est sa capacité à se rassembler. Ce qui nous unit doit être plus fort que nos différences. C'est aussi sa capacité à se retrouver, pour se parler et envisager ensemble l'avenir, le réinventer." Le ton est donné.
 
Pendant plus d'une heure, Manuel Valls passe en revue de nombreux thèmes. L'économie d'abord, avec la nécessité - sans toucher aux sacro-saintes 35 heures - de "remettre nos entreprises en mouvement", de réduire les déficits et de relancer la croissance à travers l'Europe. Puis, l'identité de la France. Soulignant "la montée très préoccupante" de l'intolérance, du racisme, des actes antisémites, anti-musulmans, anti-chrétiens et homophobes, l'ancien maire d'Évry s'est lancé dans une tirade sur la menace de la radicalisation. "Je suis fier d'être Français. Je sais ce que je dois à mon pays et je me bats chaque jour pour lui rendre ce qu'il m'a donné", a-t-il également lancé, rappelant les mots qu'il avait employés lors de sa nomination à la tête du gouvernement.
 
"Si certains tournent le dos à la République, c'est aussi parce que la République n'a pas su et ne sait plus, tenir toutes ses promesses", reconnaît-il, appelant à la tolérance et à la préservation de la laïcité, "notre bien commun". Le public applaudit généreusement, à l'unisson cette fois-ci.
 
 
Le moment est alors idéal pour réaffirmer les grands principes socialistes et tenter d'embarquer les récalcitrants de son côté. Inégalités, injustices... Manuel valls joue sur la corde sensible des militants. "La gauche s'est toujours placée aux côtés des plus faibles, des exclus, des moins bien lotis, pour les défendre", clame-t-il. L'emploi, l'industrie, la culture et l'école ont également droit à leur plaidoyer, toujours au nom des valeurs socialistes. À l'évocation de la très populaire Najat Vallaud-Belkacem, fraîchement nommée ministre de l'Éducation nationale et première femme à occuper ce poste, la salle exulte.
 
"En avant !  Debout !"
 
Manuel Valls lâche alors un "j'aime les socialistes", ponctué par quelques "ouf" de soulagement dans le public. Un écho direct à son très critique "j'aime l'entreprise", quatre jours plus tôt lors de son discours face aux patrons du Medef. "Il n'y a pas d'un côté la gauche qui gouverne et de l'autre la gauche", ajoute-t-il avant de réaffirmer qu'il n'y a "ni virage, ni tournant. Il y a une ligne : celle de la vérité, de la réforme et de l'efficacité".
 
Et de conclure en nage mais sous des applaudissements nourris : "En avant ! Debout ! Relevons la tête ! Soyons fiers de nous ! Je sais que les Français ont envie de croire que l'espoir d'un lendemain meilleur existe toujours. Et c'est à nous, ensemble, de le porter !" En quittant la salle, beaucoup semblent conquis. Chez les frondeurs, la prudence reste toutefois de mise. "Si seulement on pouvait gouverner avec des discours, on irait loin. Au boulot Monsieur Valls et rendez-vous l'année prochaine", glisse l'un d'entre eux.
 
 

>> Revivez le discours de Manuel Valls et la clôture de l'université d'été avec notre liveblog ci-dessous.

Live Blog Le discours de Manuel Valls à La Rochelle
 

 

Première publication : 31/08/2014

  • LIVEBLOGGING

    Manuel Valls à La Rochelle : "La gauche n’a jamais été aussi nécessaire"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)