Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

EUROPE

À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

© Mehdi Chebil pour France 24 | Un marin russe devant le "Vladivostok", à Saint-Nazaire.

Texte par Mehdi CHEBIL , Elena GABRIELIAN

Dernière modification : 04/09/2014

À Saint-Nazaire, loin de l’agitation suscitée par la vente de deux navires de guerre Mistral à la Russie, les marins russes poursuivent leur formation à bord du "Vladivostok". Reportage aux côtés de ces soldats que l'on disait invisibles.

Arrivés le 30 juin à Saint-Nazaire, les quelque 400 marins russes venus s'initier à l'utilisation des deux navires de type Mistral, dont la vente à Moscou suscite la controverse, se fondent discrètement dans le paysage du port français, célèbre pour ses chantiers navals. Durant le mois d'août, plusieurs semaines avant que Paris ait annoncé suspendre la livraison du "Vladivostok", notre reporter Mehdi Chebil et la journaliste de RFI Elena Gabrielian ont suivi ces soldats que l'on disait invisibles

Première publication : 01/09/2014

  • DÉFENSE

    Mistral : "Les technologies de pointe ont déjà été transmises aux Russes"

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • ARMEMENT

    Paris confirme la livraison du premier Mistral à Moscou, le second en suspens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)