Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 05/09/2014

L'organisation de l'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

L'organisation de l'État islamique a entamé la guerre de l'eau en Irak. Le ravitaillement est incertain, des villages entiers se retrouvent privés de ce bien précieux. Certains villageois sont contraints de quitter leurs maisons. Reportage de nos envoyés spéciaux en Irak.

 

L'organisation de l’État islamique (EI), qui s'est emparée de nombreux territoires en Irak le long du Tigre et de l’Euphrate, mène une guerre avec une arme bien particulière : l'eau.

La bataille autour du barrage de Mossoul en est le symbole. Après en avoir pris le contrôle, le 7 août, les jihadistes de l’EI menaçaient de faire exploser ce site et de provoquer une catastrophe humanitaire et environnementale. Leur projet aura été déjoué de peu, grâce à la reprise du barrage, le 17 août par les peshmerga, les combattants kurdes, appuyés par les raids de l’armée de l’air américaine.

Cette structure monumentale, construite sur un sol sablonneux, est considérée par les ingénieurs américains comme le barrage le plus dangereux du monde mais également comme l’un des sites les plus stratégiques de l’Irak. Et si l’EI a tenté de prendre durablement le contrôle de ce barrage, c’est parce que les villes qu’il contrôle se situent autour des cours d’eau de la région.

Le barrage, une arme redoutable

Si la catastrophe a été évitée, l’EI continue de se servir de l’eau comme d’une arme redoutable. En effet, Makhmour, l’une des premières villes reprises par les peshmerga, souffre des coupures d’eau directement provoquée par les jihadistes.
"L’État islamique a coupé l’eau ici parce que Makhmour est en majorité habité par les Kurdes, explique à FRANCE 24 Zana Sami, chargé de la distribution de l'eau dans la ville. C’est à cause de la pénurie que beaucoup de personnes ne sont pas revenues dans leurs maisons. C’est difficile pour nous de fournir de l’eau à tout le monde et la distribution n’est pas toujours faite de façon équitable".

Effrayées par les agissements de l’EI, certaines personnes craignent même que les jihadistes contaminent délibérément l’eau. "On ne veut plus de cette eau, parce que nous ne faisons pas confiance à l’État islamique, confie Rana, une habitante de Makhmour, à FRANCE 24. On ne sait pas ce qu’ils mettent dedans, des cadavres d’êtres humains ou d’animaux, peut-être même qu’ils empoisonnent l’eau. Ces personnes n’ont aucune pitié, ils nous couperaient la tête s’ils le pouvaient, ils n’ont rien à voir avec l'islam."

La population tente de s’adapter

Ce sentiment de méfiance contraint les habitants à acheter de l’eau potable. Un coût élevé pour certaines familles modestes, qui doivent parfois attendre plusieurs jours avant d’être ravitaillées. "On achète l’eau, le plein d’une citerne nous coûte entre 11 et 15 euros. Beaucoup de personnes se plaignent de la pénurie, j’espère que ce problème sera bientôt résolu", souligne Rizgar, un habitant de Makhmour.

Cette guerre de l’eau tombe au plus mal, dans un pays qui pâtit déjà de la sécheresse. "C’est une énorme crise due au manque d’eau que nous vivons, déplore Ghazi Ahmed, directeur du département des eaux de la ville de Makhmour. Et c’est d’autant plus grave que cela arrive en plein été, au moment où la consommation est en hausse."

Aux alentours de la ville, il existe plusieurs puits qui servent à alimenter la population en eau en temps de sécheresse, mais depuis que l’EI a coupé le robinet, la quantité d’eau qu’ils fournissent est insuffisante. Pour subvenir aux besoins de la population, les autorités ont ordonné la construction de nouveaux puits.

Émission préparée par Patrick Lovett et Elise Duffau.

 

 

Par Adam PLETTS , Fatma KIZILBOGA , Alper Tugra CAKICI

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/09/2014 Russie

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

Face à la puissance de feu russe dans l'Est, l'Ukraine s'est appuyée sur des bataillons de combattants non-professionnels. Malgré la signature d'un cessez-le-feu, certains...

En savoir plus

18/09/2014 Thaïlande

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

Les scandales qui ont émaillé l’actualité thaïlandaise ces derniers mois - un couple d'adoptants Australiens qui a refusé de prendre un enfant thaïlandais conçu par insémination...

En savoir plus

17/09/2014 Indépendance

Référendum en Écosse : le poids des indécis

À la veille du référendum sur l'indépendance de l’Écosse, le "oui" et le "non" sont toujours au coude-à-coude dans les sondages et un électeur sur dix se déclare encore indécis....

En savoir plus

16/09/2014 Immigration clandestine

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

Alors que l'on a appris lundi que plus de 500 personnes sont portées disparues dans un naufrage au large de Malte, notre reporter vous emmène sur la trace de ces milliers de...

En savoir plus

15/09/2014 Organisation de l'État islamique

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

À Arsal, ville libanaise à deux pas de la frontière syrienne, la situation est devenue intenable. Dans cette cité de 35 000 habitants, les autorités doivent gérer l'afflux de...

En savoir plus