Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le Parlement assouplit la loi sur la consommation de stupéfiants

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron présents à l'hommage au policier Xavier Jugelé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'hommage à Xavier Jugelé émeut mais n'évite pas les polémiques

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Emmanuel Macron est soutenu par les marchés financiers"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Il y aura une nouvelle Europe, un nouveau traité"

En savoir plus

FOCUS

À la "Frontière Sud" du Mexique, où commence vraiment le mur contre les migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Reda Kateb, un Django Reinhardt qui nous parle d'aujourd'hui

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Travaillez, M. Macron"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La majorité des Français n'a pas de candidat au second tour"

En savoir plus

Economie

La plus vieille pyramide d’Égypte menacée par ceux qui la restaurent

© AFP / HO / SCA | Photo d'archive des travaux de restauration de la pyramide de Djéser publiée par les autorités égyptiennes en 2011

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/09/2014

L’entreprise chargée de restaurer la pyramide de Djoser à Saqqarah, vaste nécropole de la région de Memphis, au sud du Caire, est accusée par un collectif citoyen de participer à la destruction de cet édifice historique de 4 600 ans.

Du haut de cette pyramide, 4 600 ans d’histoire observent l’Égypte… mais pour combien de temps encore ? La pyramide à degrés de Djoser, située sur l’un des sites archéologiques les plus prestigieux du pays, la nécropole de Saqqarah, est mal en point. Selon un collectif de préservation de l’édifice, l’entreprise chargée de remettre d’aplomb la plus ancienne construction en pierre au monde contribuerait au contraire à sa destruction.

“Non stop robberies”, un mouvement citoyen qui milite pour la sauvegarde du patrimoine égyptien, a accusé, lundi 1er septembre, la société Shurbagy de “commettre un crime” au lieu d’améliorer l’état de la pyramide. Cette entreprise du bâtiment a, en effet, installé plusieurs nouveaux murs autour de l’ancien édifice ce qui “est contraire aux standards internationaux de restauration [des monuments anciens]”, rappelle Amir Gamal, porte-parole de “Non stop robberies”, au quotidien “L’Égyptien aujourd’hui”. Au-delà de 5 % de nouvelles structures, il existe un risque sérieux d’endommager le bâtiment à restaurer. Shurbagy a largement dépassé ce seuil, d’après le collectif, et menace “de faire disparaître purement et simplement” la pyramide à degrés de Djoser.

Zéro expérience

“Non stop robberies” s’en prend aussi directement au gouvernement. Elle juge le ministre des Antiquités, Mamdouh Eldamaty, complice du “crime” pour avoir choisi Shurbagy. Cette dernière n’a, en effet, encore jamais travaillé sur un chantier de restauration de monument ancien, rappelle Amir Gamal. Pire, selon lui, Shurbagy a participé à six projets qui n’ont jamais abouti en neuf ans.

La vénérable pyramide attend pourtant d’être entièrement restaurée depuis un tremblement de terre en 1992. Lors de ce séisme, l’édifice pharaonique avait échappé de justesse à la destruction. Le gouvernement a alors multiplié les projets de restauration jusqu’en 2012, date à laquelle les travaux avaient dû être interrompus plus d’une année pour raisons budgétaires.

Première publication : 04/09/2014

  • ARCHÉOLOGIE

    Une statue d’Apollon sème le trouble dans la bande de Gaza

    En savoir plus

  • ARCHÉOLOGIE

    Au Belize, une pyramide maya victime des bulldozers

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie, patrimoine en danger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)