Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

FRANCE

Affaire Trierweiler, mauvais sondages : semaine noire pour François Hollande

© AFP, Alain Jocard | François Hollande au sommet de l'Otan, jeudi 4 septembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/09/2014

Brûlot de Valérie Trierweiler, démission embarrassante d'un secrétaire d'État, record d'impopularité dans les sondages... Les temps sont durs pour le président François Hollande, qui évite les rencontres informelles avec la presse.

C’est une semaine noire pour François Hollande. Le président français ne s’est pas contenté d’essuyer les piques de son ex-compagne dans l’ouvrage qu’elle a publié jeudi 4 septembre. Il a aussi été contraint de démettre un secrétaire d’État, Thomas Thévenoud, pour un problème de conformité avec les impôts. Et dans la même journée, le chef de l’État a battu son record d’impopularité, d’après un sondage publié dans la soirée.

Tout a commencé avec Valérie Trierweiler, ou plutôt avec son livre, "Merci pour ce moment", paru jeudi et dont quelques extraits ont été dévoilés mercredi. Ce grand déballage de sa vie privée par son ex-compagne n’a pas rendu service au président, décrit comme un personnage cynique, qui s’amuserait à appeler les pauvres les "sans-dents".

Ces anecdotes embarrassantes ont déclenché une tempête de réactions outrées de la part des politiques mais aussi des éditorialistes. En l'absence de réaction de l'Élysée, c'est son Premier ministre qui a volé jeudi au secours du président, dénonçant au détour d'un déplacement de rentrée des "attaques outrancières" et un "mélange de la vie publique et de la vie privée" qui "abaisse le débat".

Mais la curiosité l'a emporté sur la "dignité" réclamée par Manuel Valls : à la mi-journée, l'ouvrage avait enregistré 15 000 ventes dans les magasins Fnac, soit un démarrage trois fois plus fort que le best-seller des cinq dernières années "Cinquante nuances de Grey".

Thomas Thévenoud, en bisbille avec le fisc

François Hollande n’était pourtant pas au bout de ses peines, puisque le secrétaire d’État Thomas Thévenoud, fraîchement nommé au Commerce extérieur au Tourisme et aux Français de l'étranger, a dû quitter ses fonctions jeudi 4 septembre. Il aura passé neuf jours à peine dans la nouvelle équipe de Manuel Valls, à cause, selon une source gouvernementale, "de problèmes de conformité avec les impôts".

Dans une déclaration à l'AFP, Thomas Thévenoud a rapidement reconnu "des retards de déclaration et de paiement", qu'il a, "à ce jour", "intégralement régularisés" avec pénalités. Selon plusieurs médias, il aurait omis de déclarer ses revenus pendant plusieurs années. Comble de la situation : l’homme de 40 ans avait été élu vice-président de la mission d'information sur la fraude fiscale et vice-président de la commission d'enquête sur l'affaire Cahuzac.

Sa popularité tombe à 13 %

La journée ne pouvait pas plus mal se terminer pour le président français, qui a vu dans la soirée un baromètre TNS-Sofres pour "Le Figaro Magazine" le créditant de 13 % de popularité, soit une perte de cinq points en deux mois… Du jamais vu pour un chef de l’État. Son Premier ministre Manuel Valls, s'il dépasse encore d'une large tête François Hollande, dévisse pourtant de 14 points pour descendre à 30 % d'opinions favorables.

À peine moins catastrophique, l'enquête CSA-Les Échos-Radio Classique va dans le même sens : - 4 points pour François Hollande à 19 %, - 6 points pour Manuel Valls à 31%.

En déplacemet au Pays de Galles jeudi pour une réunion de l’Otan, François Hollande a tout fait pour éviter la presse, relève Europe 1. "Dans ce type de sommet, François Hollande a l’habitude d’organiser une conversation informelle avec les journalistes. Cette fois, il reste inaccessible. Et la conférence de presse de clôture, prévue au programme, n’aura peut-être pas lieu non plus, 'pour des raisons d’agenda'" , écrit le site de la radio.

Avec AFP

Première publication : 05/09/2014

  • FRANCE

    Trierweiler : "Merci pour ce moment", un livre préparé dans le plus grand secret

    En savoir plus

  • FRANCE

    En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'opposition dénonce une "vraie crise de régime"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)