Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Le "bloqueur d'avion" de nouveau devant la justice

© AFP/Archives | Pierre-Emmanuel Neurohr, surnommé le bloqueur d'avion, empêche un avion de décoller le 5 septembre 2012 à l'aéroport de RoissyPierre-Emmanuel Neurohr, surnommé le bloqueur d'avion, empêche un avion de décoller le 5 septembre 2012 à l'aéroport de Roissy

Surnommé le "bloqueur d'avion", le militant écologiste Pierre-Emmanuel Neurohr est jugé vendredi à Bobigny pour avoir tenté d'empêcher, pour la cinquième fois, un avion de décoller le 5 septembre 2012 sur le tarmac de l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle.

M. Neurohr, qui entend dénoncer la "destruction du climat" par la navigation aérienne, a déjà été condamné en appel pour quatre précédentes intrusions à trois mois avec sursis et à une amende.

L'intrusion jugée vendredi, la 5e, lui avait valu une mise en examen pour "entrave à circulation des aéronefs" et "dégradation". Placé en détention provisoire le 7 septembre 2012 et incarcéré à la prison de la Santé, à Paris, le militant avait été remis en liberté en novembre 2012, après avoir entamé une grève de la faim.

A chacune de ses actions, il s'était laissé arrêter sans résistance, et n'a pas causé plus de cinq à sept minutes de retard sur un vol à destination de Lyon, le 6 août 2012.

Cet ancien salarié de Greenpeace, âgé de 46 ans, avait indiqué lors de son précédent procès vouloir "écrire un livre", pour prolonger son combat. "Mais à quoi bon? Voilà ce que je me dis", a t-il confié à l'AFP. "J'ai travaillé de façon acharnée pendant 25 ans, mais j'ai l'impression que les gens ne veulent pas changer. Maintenant je n'ai plus le courage".