Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Parlement irakien approuve un nouveau gouvernement partiel

© Sabah Arar, AFP | Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2014

Réuni lundi, le Parlement irakien a donné la confiance à un gouvernement d'union nationale formé par le nouveau Premier ministre Haïdar al-Abadi. Plusieurs portefeuilles-clés, dont la Défense et l'Intérieur, restent encore à pourvoir.

Alors que le pays fait face à une offensive fulgurante des jihadistes de l'organisation de l'État islamique, le Parlement irakien a donné, lundi 8 septembre au soir, son approbation au gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre chiite Haïdar al-Abadi. Ce dernier a demandé aux parlementaires un délai d’une semaine pour attribuer les postes vacants, dont les portefeuilles de la Défense et de l’Intérieur, promettant d’assurer lui-même l’intérim d’ici là.

Abdel Abdel Mehdi, membre du Conseil islamique suprême d’Irak, a hérité du ministère du Pétrole tandis que l’ancien chef du gouvernement, Ibrahim Djafari, devient ministre des Affaires étrangères. Le Parlement a par ailleurs approuvé les nominations du chiite Nouri al-Maliki, Premier ministre chiite sortant, du sunnite Oussama al-Noudjaifi, ex-président du Parlement, et de l’ancien chef du gouvernement chiite Lyad Allaoui aux postes protocolaires de vice-présidents.

Nouri al-Maliki, qui a occupé les fonctions de chef du gouvernement pendant huit ans, a tenté jusqu’à la dernière minute de briguer un troisième mandat. Il a été contraint à la démission en août sous la pression des différentes formations politiques – sunnite, kurde et chiite –, ainsi que de l’Iran et des États-Unis. Il a été remplacé le 11 août par Haïdar al-Abadi issu, comme lui, du parti chiite Daoua.

>> À lire sur France 24 : Haïdar al-Abadi, le "candidat faible" qui a fait consensus

Avec Reuters et AFP

Première publication : 08/09/2014

  • DIPLOMATIE

    Les pays arabes s'accordent pour agir contre l'État islamique

    En savoir plus

  • IRAK

    Une coalition anti-État islamique en Irak peut-elle inclure l'Iran ?

    En savoir plus

  • IRAK

    Les forces irakiennes poursuivent leur avancée dans le nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)