Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Visite de Donald Trump au Royaume-Uni : nouveau coup de théâtre

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Donald Trump : le président qui divise l'Europe ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Parlement irakien approuve un nouveau gouvernement partiel

© Sabah Arar, AFP | Le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2014

Réuni lundi, le Parlement irakien a donné la confiance à un gouvernement d'union nationale formé par le nouveau Premier ministre Haïdar al-Abadi. Plusieurs portefeuilles-clés, dont la Défense et l'Intérieur, restent encore à pourvoir.

Alors que le pays fait face à une offensive fulgurante des jihadistes de l'organisation de l'État islamique, le Parlement irakien a donné, lundi 8 septembre au soir, son approbation au gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre chiite Haïdar al-Abadi. Ce dernier a demandé aux parlementaires un délai d’une semaine pour attribuer les postes vacants, dont les portefeuilles de la Défense et de l’Intérieur, promettant d’assurer lui-même l’intérim d’ici là.

Abdel Abdel Mehdi, membre du Conseil islamique suprême d’Irak, a hérité du ministère du Pétrole tandis que l’ancien chef du gouvernement, Ibrahim Djafari, devient ministre des Affaires étrangères. Le Parlement a par ailleurs approuvé les nominations du chiite Nouri al-Maliki, Premier ministre chiite sortant, du sunnite Oussama al-Noudjaifi, ex-président du Parlement, et de l’ancien chef du gouvernement chiite Lyad Allaoui aux postes protocolaires de vice-présidents.

Nouri al-Maliki, qui a occupé les fonctions de chef du gouvernement pendant huit ans, a tenté jusqu’à la dernière minute de briguer un troisième mandat. Il a été contraint à la démission en août sous la pression des différentes formations politiques – sunnite, kurde et chiite –, ainsi que de l’Iran et des États-Unis. Il a été remplacé le 11 août par Haïdar al-Abadi issu, comme lui, du parti chiite Daoua.

>> À lire sur France 24 : Haïdar al-Abadi, le "candidat faible" qui a fait consensus

Avec Reuters et AFP

Première publication : 08/09/2014

  • IRAK

    Les forces irakiennes poursuivent leur avancée dans le nord

    En savoir plus

  • IRAK

    Une coalition anti-État islamique en Irak peut-elle inclure l'Iran ?

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Les pays arabes s'accordent pour agir contre l'État islamique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)