Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Premiers de corvée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

Amériques

#Bringbackoursnack ou la colère des élèves américains contre le manger sain

© Capture d'écran Twitter @AlyFuller13

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/09/2014

Depuis la rentrée scolaire, les établissements publics américains ont banni sodas et chips de leurs distributeurs pour y proposer des barres céréales et de l'eau. De nombreux élèves s'insurgent sur Twitter sous le hashtag #Bringbackoursnack.

La rentrée scolaire a manifestement été indigeste pour de nombreux élèves américains. Ces dernières semaines, ils ont découvert avec dépit que les distributeurs automatiques avaient troqué leurs habituels sodas, barres chocolatées ou autres paquets de chips pour des barres céréales, des yaourts et des bouteilles d'eau. 

Autant dire que c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour des adolescents déjà confrontés à une révolution diététique de leurs plateaux repas. Depuis 2011, les cantines ont réduit le taux de sel, de sucre et de graisse dans les plats et introduit plus de fruits et légumes dans leur menu.

Révoltés, les jeunes amoureux de la junkfood déversent leur colère sur Twitter sous le hashtag #BringBackOurSnacks (rendez-nous nos snacks), en référence à la campagne #BringBackOurGirls concernant l'enlèvement de 200 lycéennes nigérianes par le groupe islamiste armé Boko Haram en avril dernier. "Voici mon repas.... ça me donne envie de mourir", écrit sur son compte Aly Fuller, qui joint une photo de son plateau repas : un petit sandwich, un fruit et une bouteille d'eau. Une autre élève raconte avoir jeûné toute la journée pour manger des nuggets à la maison.

Un enfant sur trois souffre d'obésité aux États-Unis

Certains n'hésitent pas à s'en prendre à la First Lady ("Merci@MichelleObama pour ce repas infecte"), à l'origine de la loi "Healthy, hunger-free kids act" ("pour des enfants en bonne santé et jamais affamés") votée dans la cadre de la lutte contre l'obésité. Aujourd'hui, un enfant sur trois est en surpoids ou souffre d'obésité aux États-Unis, affirme le rapport annuel de l'organisation Trust for America's Health. 

Les élèves, qui réclament le retour de la junkfood à l'école, sont également soutenus par les républicains. Ils se sont immiscés dans le débat sur Twitter pour dénoncer "une atteinte à la liberté d'expression". En 2010, ils s'étaient déjà dressés contre le vote de la loi et avaient réussi à faire reculer les législateurs sur un point : la pizza reste au menu dans les cantines invoquant le principe qu'elle reste un légume à part entière car elle contient de la sauce tomate.

Reste que la révolte contre le manger sain ne se réduit pas à la Twittosphère. Aujourd'hui, les médias américains estiment qu'un million d'élèves ont arrêté de se nourrir à la cantine. Pour expliquer une telle résistance, les nutritionnistes évoquent une raison : la dépendance à la malbouffe. Des études récentes ont révélé que le sucre pouvait être aussi addictif que la drogue

Première publication : 10/09/2014

COMMENTAIRE(S)