Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le président élu, George Weah prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Trump, un an après : derrière l'euphorie, une économie fragile ?

En savoir plus

#ActuElles

#MeToo : la France entre exception culturelle et changement de génération

En savoir plus

FRANCE

La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

© Lionel Bonaventure, AFP | Manifestants pro-PMA lors de la Gay pride, le 29 juin 2013, à Paris.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/09/2014

Dans un avis rendu public mardi, la Cour de cassation a estimé que l'adoption par les couples homosexuels d'un enfant né à l'étranger par procréation médicalement assistée (PMA) n'était pas une "fraude à la loi".

Saisie pour avis par les tribunaux de grande d'instance d'Avignon et de Poitiers, la Cour de cassation a donné raison à un couple de même sexe, dont une des parties souhaitait adopter l'enfant de sa conjointe, né par procréation médicalement assistée (PMA) à l'étranger.

Dans un avis rendu public mardi 23 septembre, la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire explique : "Le recours à l’assistance médicale à la procréation, sous la forme d’une insémination artificielle avec donneur anonyme à l’étranger, ne fait pas obstacle au prononcé de l’adoption, par l’épouse de la mère, de l’enfant né de cette procréation, dès lors que les conditions légales de l’adoption sont réunies et qu’elle est conforme à l’intérêt de l’enfant."

Pas de "fraude à la loi"

La Cour a écarté notamment la notion de "fraude à la loi", invoquée par certains tribunaux pour rejeter l'adoption par des couples de même sexe d'un enfant né à l'étranger sous PMA, alors que théoriquement, cette pratique est interdite en France aux homosexuels.

"En France, certes sous conditions, cette pratique médicale est autorisée", rappelle la Cour de cassation à propos de l'insémination artificielle avec donneur anonyme ouverte aux couples hétérosexuels. "Dès lors, dit-elle, le fait que des femmes y aient recours à l'étranger ne heurte aucun principe essentiel du droit français."

Conséquence de la loi sur le mariage pour tous

Le cour indique tirer ainsi les conséquences de la loi du 17 mai 2013 sur le mariage pour tous "qui a eu pour effet de permettre" en autorisant l'adoption de couples homosexuels, "l'établissement d'un lien de filiation entre un enfant et deux personnes de même sexe, sans aucune restriction relative au mode de conception de cet enfant".

Avec AFP

Première publication : 23/09/2014

  • FRANCE

    PMA : "343 fraudeuses" réclament le droit de fonder un foyer

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le mariage pour tous fête son premier anniversaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    7 000 mariages homosexuels ont été célébrés en France en 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)