Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Culture

Deux chanteurs Arabes israéliens à la conquête d’Arab Idol au Liban

© AFP | La finale du radio-crochet panarabique a rassemblé plus de 100 millions de téléspectateurs l'an dernier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2015

Les deux Arabes israéliens qui participent au célèbre concours de chant Arab Idol jouent la carte palestinienne. Pas sûr qu’en cas de victoire ils jouissent de la même aura que le gagnant de la précédente édition, le Gazaoui Mohammed Assaf.

Pour certains candidats d’Arab Idol, les épreuves ont débuté avant de monter sur scène. Avant même d’avoir pu se frotter à leurs concurrents, les deux Arabes israéliens qui participent cette année à la phase finale du radio-crochet panarabique ont dû affronter moult tracasseries administratives.

Il faut dire que la troisième saison de l’émission se déroule actuellement au Liban, pays qui interdit aux Israéliens de traverser ses frontières. Selon la loi israélienne, voyager au pays du Cèdre est, en outre, passible d'une peine de quatre ans de prison, souligne Aram Mahameed, un avocat militant pour les droits des Arabes israéliens cité par Associated Press (AP).

Aussi la jeune apprentie chanteuse Manal Mousa, 25 ans, et son camarade Haitham Khalaily, 24 ans, ont-ils été contraints aux détours. Après avoir passé avec succès une première audition organisée en Cisjordanie, les deux candidats Arabes israéliens ont été convoqués pour un second round au Liban. La frontière libano-israélienne étant verrouillée, les deux candidats se sont rendus en Jordanie pour prendre un avion à destination de Beyrouth. Une fois arrivés à l’aéroport, Manal et Haitham n’ont eu l'autorisation de passer la douane que grâce à la présentation de documents de voyage délivrés pour l’occasion par l’Autorité palestinienne.

À leur retour en Israël, ils ont été interrogés par les services de sécurité qui, d’après leurs familles, ont confisqué leurs passeports plusieurs jours. Sélectionnés pour la finale, ils ont pu rejoindre plus facilement le Liban, où est enregistrée l’émission.

"Je suis très fière... que nous n'ayons pas abandonné nos terres"

Aujourd’hui en phase finale, les deux jeunes chanteurs espèrent aller jusqu’au bout de l’aventure. La saison précédente d'Arab Idol a été remportée par un jeune homme de 23 ans de Gaza, Mohammed Assaf, dont la prestation en finale du concours fut regardée par plus de 100 millions de téléspectateurs dans le monde. Le jeune prodige est devenu un héros local grâce à ses interprétations spectaculaires de chansons d'amour et patriotiques arabes et palestiniennes.

Pas sûr cependant qu’en cas de victoire, Manal et Haitham connaissent la même gloire. Dans le monde arabe, les Arabes israéliens sont souvent considérés comme des traitres. Comme le rappelle AP, contrairement à Mohammed Assaf, l’Arabe israélienne Lina Makhoul, la dernière lauréate de l’émission The Voice diffusée en Israël, n’est jamais parvenue à percer au-delà des frontières de l’État hébreu.

Les spectateurs fidèles du show diffusé sur le chaîne satellitaire MBC ignorent pour la plupart que Manal et Haitham sont tous deux Arabes israéliens puisque la production les présentent systématiquement comme Palestiniens. Interrogée par AP, la sœur de Manal Moussa, Sabren, affirme d’ailleurs que sa famille se sent "100% palestinienne" : "Nous vivons en Israël qui était à l'origine la Palestine. Je suis très fière... que nous n'ayons pas abandonné nos terres."

"Tu es en train de montrer que la voix de la Palestine va atteindre le monde entier", a même lancé le juré égyptien Hassan el-Shafei à Manal Mousa après son tour de chant lors d’une des soirées du concours.

En attendant de connaître le nom de la prochaine "Arab Idol", la sœur de Haitham se dit préoccupée par le retour de son frère en Israël. "Nous espérons qu’il n’aura pas de problème, mais s’il en rencontre, il n’a rien à craindre, a-t-elle confié à AP. Il est uniquement venu chanter et c’est ce qu’il adore faire... Il veut que sa voix puisse être entendue partout."

 

Première publication : 21/10/2014

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Hamas embarrassé par le triomphe de Mohammad Assaf à "Arab Idol"

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Un Palestinien de Gaza remporte "Arab Idol", la "Nouvelle Star" arabe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)