Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Economie

En 2014, la Paris Games Week se la joue plus grand public qu'"hardcore gamer"

© Yann Buxeda | La cinquième édition de la Paris Games Week se tient du 29 octobre au 2 novembre à Paris.

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 29/10/2014

La 5e édition de la Paris Games Week, qui s’ouvre mercredi, s’adresse avant tout aux joueurs. Un salon plus populaire que professionnel, qui vise à offrir un coup de projecteur à l'ensemble de l’industrie, à deux mois des fêtes de fin d'année.

Porté par l’expansion fulgurante du marché des jeux vidéo ces dernières années, la Paris Games Week (PGW), dont la cinquième édition s’est ouverte mercredi 29 octobre au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris, a revu une nouvelle fois ses ambitions à la hausse.

Le salon phare du jeu vidéo en France, devenu en quelques années le rendez-vous incontournable des gamers hexagonaux, se tient jusqu’au 2 novembre sur un espace de plus de 50 000 m2, contre 32 000 l’an passé. Une petite révolution qui devrait permettre aux quelque 250 000 visiteurs attendus de ne pas subir les désagréments largement reprochés à l’organisation en 2013 (circulation difficile, bousculades, vols…).

Avec 30 % de bornes d’arcade en plus, l’organisation de l’événement confirme son souhait de placer le joueur au cœur du salon. Une politique qui a permis à la PGW de devenir, en quelques années, l’un des événements majeurs de l’année culturelle en France.

"La Paris Games Week fait aujourd'hui partie du Top 5 mondial des salons dédiés au jeu vidéo", se félicite même Emmanuel Martin, le délégué général du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisir (Sell), à l’origine du projet en 2010.

Une orientation grand public…

Il faut dire qu’à la différence de l’E3 de Los Angeles ou la Gamescom de Cologne, la PGW a très vite décidé d’orienter son contenu vers le grand public. Selon une perception grossière mais finalement assez proche de la réalité, l’E3, qui se tient en mai, est aujourd’hui devenu le salon de prédilection pour les annonces des constructeurs et des éditeurs. Et à la Gamescom, organisée au mois d’août, les joueurs et les professionnels peuvent mettre les mains sur les premières versions jouables des futurs hits du jeu vidéo.

La Paris Games Week, de par sa proximité avec les fêtes de fin d’année, a fait le choix de délaisser la course à l’événementiel au profit d’un "line-up" de jeux le plus élargi possible, où les grands noms de l’industrie n’hésitent pas à mettre en avant certains produits déjà disponibles à la vente ("Super Smash Bros. 3DS" pour Nintendo, "Dark Souls 2" pour Bandai Namco Games, etc.).

Et cette édition 2014 enfonce une nouvelle fois le clou dans la même direction. Pas ou peu d’annonces exclusives au programme, mais un calendrier chargé en événements populaires, à l’image de la Coupe du monde des Jeux vidéo ESWC, qui devrait à elle seule drainer plusieurs dizaines de milliers de spectateurs.

Même constat pour l’espace dédié aux 3-12 ans, sobrement intitulé PGW Junior, qui investit pour la première fois un hall entier du Parc des expositions de la Porte de Versailles. Et ne serait-ce qu’avec la présence de versions jouables des deux prochains Pokémon, "Rubis Omega" et "Saphir Alpha", les bornes d’essai devraient connaître un succès certain.

…sans pour autant délaisser le milieu professionnel

Reste qu’aussi populaire soit-il, la réussite d’un salon passe par une étroite relation avec les acteurs du milieu. Un aspect que n’a pas non plus totalement délaissé l’organisation de la PWG. Sans surprise, l’espace Jeux Made in France a été reconduit cette année, et il accueille cette fois 24 exposants contre 14 l’an passé. Même chose pour la section dédiée aux établissements français spécialisés dans les formations en jeu vidéo, qui reste au programme de cette édition 2014.

Mais surtout, pour la première fois cette année, la Paris Games Week s’est associée à l’événement professionnel Game Connection Europe, un salon dédié aux professionnels de l’industrie au cours duquel 900 sociétés en provenance de 48 pays seront présents.

Un pendant pro de l'événement, qui reste toutefois organisé en parallèle et non au sein même de la PGW, et qui accueillera de nombreuses conférences, panels et master classes.

 

Première publication : 29/10/2014

  • JEUX VIDÉO

    Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    "Destiny" : un jeu vidéo destiné au succès

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)