Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Afrique

Les Burkinabè chassent Compaoré, l'armée prend le pouvoir

Conférence de presse de l'armée burkinabè, jeudi 30 octobre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/10/2014

À l'issue d'une nouvelle journée de révolte à Ouagadougou, l'armée burkinabè a annoncé la dissolution du gouvernement et de l'Assemblée nationale. L'état d'urgence a été décrété dans le pays. Retour sur les évènements marquants de cette journée.

Assemblée nationale incendiée, télévision publique prise d'assaut, couvre-feu national… Le Burkina Faso a plongé, jeudi 30 octobre, dans une spirale de violence. Au cœur de cette grave crise politique : le vote d'une révision constitutionnelle controversée, depuis annulé. Cette dernière devait permettre à Blaise Compaoré, qui règne sur le pays depuis 27 ans, de se maintenir au pouvoir. Retour sur les principaux évènements de cette journée.

  • Le chef d'état-major des armées burkinabè, le général Honoré Traoré a décrété la dissolution de l'Assemblée nationale et l'installation d'un organe de transition pour diriger le pays. Il a en outre informé la population qu'un couvre-feu était désormais en vigueur de 19 heures à 6 heures (GMT) dans l'ensemble du Burkina Faso.
  • Le général Traoré a également annoncé la mise en place d'un gouvernement de transition pour une durée d’un an, en consultation avec tous les partis, le temps que l'ordre constitutionnel soit rétabli. L’armée n’a toutefois pas précisé qui en prendra la tête.
  • Pour l'opposition, ces mesures sont insuffisantes. Ainsi, Zéphirin Diabré a demandé la démission de Blaise Compaoré et renouvelé son appel à la désobéissance civile. "On est passé de la contestation d'un amendement de la Constitution à un grand mouvement contre Blaise Compaoré", constate Marc Perelman, chroniqueur international pour France 24.
  • Adama Sosso, député de l'UPC (opposition), a de son côté déclaré sur RFI : "Nous avons une certitude. Si le président refuse de partir, nous donnerons cette fois-ci d'autres mots d'ordre qui l'obligeront [à quitter le pouvoir, NDLR]. Nous arriverons au bout de notre lutte, parce qu'il n'est plus question qu'on recule, il n'est plus question d'un gouvernement d'union nationale."
  •  Mais qu’en est-il du président Blaise Compaoré ? Si le chef d’État a annoncé, via un communiqué lu par une radio locale dans l’après-midi, la dissolution du gouvernement et décrété l'état d’urgence dans le pays, personne ne sait où il se trouve, ni le rôle qu’il jouera dans le futur gouvernement.
  •  Sur place, "la situation reste toujours extrêmement tendue. Nul ne sait qui dirige réellement le pays. Nul ne sait où se trouve le président du Burkina Faso. […] Quant à la rue, elle est toujours chaotique, les pillages se poursuivent", explique Anna Sylvestre-Treiner, l’envoyée spéciale de France 24.

Revivez les évènements de la journée du 30 octobre ci-dessous, ou cliquez ici pour visionner le liveblogging sur vos smartphones et tablette.

Live Blog Journée sous haute tension au Burkina Faso

 

Première publication : 30/10/2014

  • BURKINA FASO

    Journée de colère à Ouagadougou contre la réforme constitutionnelle

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    À Ouagadougou, l'opposition vent debout contre la révision de la Constitution

    En savoir plus

  • Election présidentielle

    L’opposition manifeste au Burkina Faso

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)