Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Sports

CAN-2015 : carton rouge pour le Maroc, le patron du football africain s'explique

© Fadel Senna, AFP | Le stade de Marrakech, au Maroc, le 20 octobre 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/11/2014

Pour avoir demandé le report de la CAN-2015 à cause de l'épidémie d’Ebola, le Maroc se retrouve privé de l'organisation de cette compétition et son équipe disqualifiée. Le président de la CAF, Issa Hayatou, justifie en exclusivité cette décision.

Invoquant des risques liés l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, le Maroc a demandé, à plusieurs reprises, à la Confédération africaine de football (CAF) le report de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) prévue sur son territoire entre le 17 janvier et 8 février. Une hypothèse que l'instance suprême du football africain a toujours catégoriquement exclue.

Le président de la CAF, Issa Hayatou, a confié en exclusivité à France 24 que le report de cette compétition aurait porté "un coup mortel" au football africain, qui risquait de ce fait de perdre sa crédibilité. Pour lui, il était donc urgent de mettre un terme au "bras de fer" engagé avec la Fédération marocaine de football. Et le président Hayatou de souligner que l'argument brandi par le Maroc pour demander l'annulation de la compétition - à savoir l'épidémie d'Ebola - ne tient pas : Rabat organisera en décembre sur son territoire la Coupe du monde des clubs, "25 jours seulement avant la CAN".

Hayatou assure que la 30e édition de la CAN aura bien lieu aux dates indiquées, entre le 17 janvier et 8 février 2015, en ajoutant que plusieurs pays ont fait acte de candidature. La CAF, a-t-il précisé, n'envisage pas de co-organisation. Le nom du nouvel hôte sera dévoilé "d'ici trois ou quatre jours".  

Mardi 11 novembre, la CAF a jugé que le maintien de cette demande par le Maroc équivalait à un "refus d'organiser la compétition aux dates indiquées". "La CAN n'aura pas lieu au Maroc" et cette équipe nationale est "automatiquement disqualifiée", a-t-elle tranché.

Yaya Touré exprime sa tristesse

De nombreuses personnalités du monde du football ont réagi à cette situation inédite qui prive la CAN de pays organisateur deux mois à peine avant le début de la compétition. Interrogé par France 24, le Français Claude Le Roy, sélectionneur du Congo, a ainsi exprimé ses doutes sur les véritables motivations du Royaume chérifien. "Je pense que [les Marocains] avaient des problèmes structurels pour l’organisation de cette compétition. Et puis il y a une question sportive : est-ce qu’ils étaient prêts sportivement à affronter les 15 autres meilleures équipes du continent ? Ils ne voulaient pas connaître ce qu’ils avaient vécu en 1988 et l’immense déception de leur élimination en demi-finale. Peut-être ce paramètre est aussi intervenu dans leur décision [de demander le report de la CAN]".

L'international ivoirien Yaya Touré a également accepté de livrer sa réaction sur les antennes de France 24. Il a exprimé sa tristess pour tous les Marocains amateurs de football privés d’une compétition que leur pays n’a pas organisé depuis 26 ans. Il a du mal à comprendre la décision du Maroc, en estimant que "les raisons sanitaires ne sont pas valables".

Quelques heures après l'annonce de la CAF, Mohammed Ouzzine, ministre marocain des Sports, a précisé lors d'une séance de questions au Parlement que son pays "n'avait pas refusé d'organiser la CAN" et n'avait "pas failli à ses engagements". "Tout pays a le droit de prendre des précautions pour garantir la sécurité de ses citoyens", a martelé le ministre, assurant que le Maroc était désormais "prêt à tous les scénarios".

Car, outre la disqualification de son équipe, le royaume s'expose à d'autres sanctions, notamment financières, comme l'a laissé entendre la CAF dans son communiqué. La confédération a en effet prévenu qu'elle "appliquerait ultérieurement les dispositions règlementaires qui s'imposent, suite au non-respect par la Fédération royale marocaine de football des clauses réglementaires et contractuelles" liées à l'organisation de la compétition.

Retrouvez le débat organisé le 11 novembre sur l'antenne de France 24

Première publication : 11/11/2014

  • FOOT AFRICAIN

    CAN-2015 : l'Égypte potentielle candidate à la place du Maroc

    En savoir plus

  • FOOT AFRICAIN

    CAN-2015 : que risque le Maroc s'il renonce à l'organisation ?

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    La CAN-2015 n'aura pas lieu au Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)