Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Washington confirme la mort de l'otage américain Peter Kassig

© Famille Kassig, AFP | Peter Kassig, travailleur humanitaire américain de 26 ans, capturé en Syrie puis assassiné par l'EI.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/11/2014

Les États-Unis ont confirmé dimanche l'assassinat de l'otage américain Peter Kassig. L'organisation de l'État islamique avait revendiqué la mort du jeune travailleur humanitaire dans une vidéo diffusée sur Internet.

La maison Blanche a confirmé dimanche 16 novembre la mort de l’otage américain Peter Kassig. Les jihadistes de l’organisation de l'État islamique (EI) avaient revendiqué son assassinat dans une vidéo diffusée sur Internet. Le président américain, Barack Obama, a qualifié cet acte de "mal absolu".

"Aujourd'hui, nous présentons nos prières et nos condoléances aux parents et à la famille d'Abdul-Rahman Kassig, aussi connu sous le nom de Peter", a indiqué le président dans un communiqué.

Vocation humanitaire

Peter Kassig était apparu le 3 octobre à la fin de la vidéo montrant la décapitation de l’humanitaire britannique, Alan Henning. On le voyait silencieux, vêtu d’une combinaison orange et agenouillé dans le désert syrien, pendant que le bourreau avertissait Barack Obama que l’EI continuerait de "trancher le cou de [ses] compatriotes".

Originaire de l’Indiana, Peter Kassig était un ancien ranger de l’armée américaine. Brièvement déployé en Irak en 2007, il a ensuite étudié les sciences politiques et la médecine. En 2012, il a créé sa propre ONG, Special Emergency Response and Assistance (Sera) pour venir en aide aux réfugiés du conflit syrien. "Il se décrivait lui-même comme un idéaliste", précise Selim El Meddeb, correspondant de France 24 à Beyrouth. 

Installé au Liban puis en Turquie, Peter Kassig s’est rendu plusieurs fois en Syrie pour y apporter vivres, vêtements et médicaments, avant d’être enlevé à l’automne 2013 sur la route de Deir el-Zor, dans l’est du pays. Après son apparition sur la vidéo de l’EI début octobre, ses parents, qui avaient jusqu’alors gardé le silence sur sa disparition, ont à leur tour posté une vidéo sur YouTube pour "implorer" les ravisseurs de "faire preuve de compassion".

Converti à l'islam durant sa captivité

Ed et Paula Kassig ont ensuite révélé une lettre où leur fils leur confiait avoir "peur de mourir". "Si je meurs, je pense que nous, vous et moi, pourrons trouver du réconfort en pensant que je suis parti [en Syrie] pour tenter d'alléger les souffrances et aider ceux qui sont dans le besoin", avait-il écrit dans ce courrier datant du mois de juin.

Il y évoquait également sa conversion à l’islam durant sa captivité. Selon ses parents, cette conversion s'est faite volontairement, alors que le jeune homme partageait sa cellule avec un Syrien musulman.

Peter Kassig avait pris le nom d'Abdul-Rahman et respectait les pratiques de l’islam. "En accord avec ma foi, je prie tous les jours et, dans ce sens, je ne suis pas en colère au sujet de ma situation. Je suis dans une situation compliquée ici sur le plan dogmatique, mais je suis en paix avec mes convictions", a assuré Peter Kassig dans sa lettre, qui s'achève sur un simple : "Je vous aime".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 16/11/2014

  • TERRORISME

    Le FBI a identifié l'assassin de James Foley et Steven Sotloff

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • SYRIE

    Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)