Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

Moyen-Orient

Mickaël Dos Santos nie être sur la vidéo de décapitation de l'EI

© Capture d'écran de la vidéo de propagande de l'EI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/11/2014

Le jihadiste français Mickaël Dos Santos a nié, jeudi, sur son compte Twitter, avoir participé à une vidéo de décapitation de l'organisation de l'État islamique. La veille, le parquet de Paris avait pourtant identifié le jeune homme de 22 ans.

Jeudi 20 novembre, Mickaël Dos Santos a nié, sur son nouveau compte Twitter, avoir participé à une vidéo où sont décapités 18 soldats syriens et l’otage américain Peter Kassig, diffusée dimanche, par l’organisation de l’État islamique. Des journalistes de France 24 et RFI, spécialistes des mouvements jihadistes, ont identifié ce compte comme étant authentique et appartenant bien au Français.

Plusieurs spécialistes des mouvements jihadistes émettaient des doutes sur l'identification Mickaël Dos Santos sur l'enregistrement, bien que le parquet de Paris ait formellement désigné le jeune homme de 22 ans converti à l'islam.

© Capture d'écran du premier tweet du nouveau compte twitter de Mickaël Dos Santos.

"J'annonce clairement que ce n'est pas moi [qui suis] présent dans la vidéo", écrit-il dans son premier tweet. Il poursuit : "La france, les médias, services de renseignement font bien rire, tous des clowns." "Le pire, c'est que ma famille leur a bien dit que non ce n'était pas moi, ils ont reconnu direct que c'était pas moi". Et d'ajouter : "Mes frères étaient morts de rire, mais les RG [Renseignements généraux], les médias, la France quoi, ont toujours ce besoin de mentir pour faire du buzz !"

Son apparence physique et son accent arabe faisaient planer le doute

Le jeune homme, d’origine portugaise, a quitté la France pour la Syrie à l’été 2013. "Nous savons, de source sûre, que Mickaël Dos Santos est un jihadiste français qui a rejoint les rangs de l’organisation de l’État islamique. Il ne s’en est jamais caché", explique Wassim Nasr, spécialiste des mouvements jihadistes à France 24.

Comme lui, le chercheur Romain Caillet et le journaliste de RFI David Thomson émettaient des doutes sur la participation de ce Français à la vidéo diffusée dimanche par l’EI. Son apparence physique et son accent arabe faisaient douter que cela puisse être Mickaël Dos Santos. David Thomson a affirmé, mercredi, sur Twitter que "quatre sources" au sein de l'organisation de l'État islamique l’ont désigné comme un Syrien nommé Abou Umarayn.

Plus de 1 100 Français sont impliqués dans les filières jihadistes et 376 d'entre eux sont actuellement présents en Syrie ou en Irak, selon les autorités. Une quarantaine y ont déjà trouvé la mort. Les convertis représentent 20 % de ces jihadistes qui sont, dans leur écrasante majorité, recrutés sur Internet.

Première publication : 20/11/2014

  • TERRORISME

    Vidéo de l'EI : un second bourreau français identifié

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Au moins un Français formellement identifié dans la dernière vidéo de l'EI

    En savoir plus

  • TERRORISME

    La piste d'un Français parmi les bourreaux de l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)