Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

Afrique

Burkina Faso : un nouveau gouvernement en uniforme militaire

© Sia Kambou, AFP | Le lieutenant-colonel Zida lors d'une cérémonie officielle, le 21 novembre 2014 à Ouagadougou.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/11/2014

Le gouvernement de transition du Burkina Faso a annoncé sa composition dimanche après plusieurs jours d'intenses tractations. Les militaires occupent quatre portefeuilles, notamment ceux de la Défense et de l'Intérieur.

Le gouvernement de transition du Burkina Faso, désigné dimanche 23 novembre par décret, doit tenir lundi son premier Conseil des ministres. Au sein de ce cabinet intérimaire, composé de 26 ministres, plusieurs postes clés reviennent à des militaires.

Homme fort du pays depuis le renversement du président Blaise Compaoré, le lieutenant-colonel Issac Zida cumule désormais le poste de Premier ministre avec celui de ministre de la Défense. Le colonel Auguste Denise Barry, l'un de ses plus proches collaborateurs, a été nommé ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité, l'équivalent du ministère de l'Intérieur. Le colonel David Kabré, porte-parole du lieutenant-colonel Isaac Zida, est en charge du Sport, tandis qu’un quatrième militaire, Boubacar Ba, prend la direction du ministère des Mines et de l'Énergie.

"Un gouvernement de techniciens"

Outre ces proches du colonel Zida, le gouvernement de transition comporte 24 ministres et deux ministres délégués. Le président de la transition Michel Kafando a notamment obtenu le portefeuille des Affaires étrangères. Joséphine Ouédragogo, candidate malheureuse au poste de présidente de la transition, a été nommée à la Justice, tandis qu'Augustin Loada, figure éminente de la société civile, est chargé de la Fonction publique. L’Économie et les Finances reviennent à Jean Gustave Sanon, qui avait fait carrière à l’Uméoa (Union monétaire ouest-africaine) et au Fonds monétaire international (FMI).

Dans l’ensemble, cette composition satisfait l’opposition. "C’est un gouvernement de techniciens, on n’attendait pas autre chose", a réagi Ablassé Ouédraogo, du parti Le Faso autrement. Comme le rapporte Anna-Sylvestre Treiner, la correspondante de France 24 au Burkina Faso, Bénéwendé Sankara, le président du parti sankariste UNIR-PS, a aussi fait part de son approbation, même s’il attend de premiers résultats: "Pour lui, l’important sera que le gouvernement mène à bien sa première mission, organiser au plus vite des élections (prévues en novembre 2015, NDLR)".

Certaines figures de ce gouvernement de transition font toutefois polémique. "Pour le collectif de la société civile, Balai citoyen, il y a un gros point noir, le ministre de la Culture, Adama Sagnon. L’homme est l’ancien procureur du Faso, un proche de François Compaoré, le frère de l’ancien président", note ainsi Anna-Sylvestre Treiner.

Les explications d'Anna Sylvestre-Treiner, la correspondante de France 24 au Burkina Faso

Ce cabinet intérimaire a été annoncé après des jours d'intenses tractations. La communication de la liste des ministres devait initialement se faire jeudi, puis avait été reportée à samedi et enfin à dimanche. Selon une source militaire, ce retard s’explique par le refus de l’armée de plusieurs candidats présentés par la société civile.
Après le départ du président Blaise Compaoré, emporté par des manifestations massives fin octobre alors qu'il voulait modifier la Constitution pour briguer un nouveau mandat après 27 ans au pouvoir, l'armée a brièvement dirigé le pays, avant que le lieutenant-colonel Zida ne cède aux pressions et confie le pouvoir à un président civil.

Avec AFP

Première publication : 24/11/2014

  • BURKINA FASO

    Michel Kafando officiellement au pouvoir, le nouveau gouvernement attendu

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Affaire Sankara : le Burkina Faso prêt à exhumer son passé ?

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Un gouvernement intérimaire désigné au Burkina Faso

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)