Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Jean-Marc Ferry : "L'Italie n'est pas structurellement xénophobe"

En savoir plus

FOCUS

Après 33 ans au pouvoir, le Cambodgien Hun Sen en passe d'être réélu

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "L'État tétanisé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Macron, un silence qui fait du bruit"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"Ici l'Europe", le best of : fractures et défis dans l'UE

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'automobile perd l'un de ses grands pilotes d'industrie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : l'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

Moyen-Orient

France : le Sénat vote à son tour en faveur de la reconnaissance de la Palestine

© Matthieu Alexandre, AFP | Les sénateurs français votent en faveur de la reconnaissance de la Palestine.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/12/2014

Après l'Assemblée nationale, le Sénat a voté à son tour, jeudi, une résolution symbolique, défendue par la gauche et les écologistes, demandant la reconnaissance de l'État de Palestine par la France.

Le Sénat français a adopté, jeudi 11 décembre, par 153 voix contre 146 une résolution non contraignante demandant la reconnaissance de l'État de Palestine par la France, dix jours après une initiative similaire de l'Assemblée nationale.

Le texte de cette résolution, déposé par les groupes du PS, Front de gauche et écologiste "exprime le souhait que la France reconnaisse l'État palestinien souverain et démocratique sur la base des lignes de 1967 avec Jérusalem comme capitale des deux États".

Elle a été adoptée avec un score beaucoup plus serré qu'à l'Assemblée, où elle avait été votée le 2 décembre par 339 voix contre 151. La droite, qui dispose de nouveau d'une large majorité au Sénat depuis les élections de fin septembre, a majoritairement voté contre ce texte.

Pour l’un de ses auteurs, le sénateur socialiste Gilbert Roger, "cette reconnaissance est la condition sine qua non à l'ouverture de véritables négociations entre Israël et la Palestine afin d'aboutir à une paix durable".

L'opposition a expliqué que c’était au gouvernement que revenait une telle décision. "C'est au gouvernement d'avoir la main en matière d'Affaires étrangères [...] et "nous Parlement n'avons pas les éléments, ce qui veut dire en clair que l'interférence n'a pas de sens", a affirmé Roger Karoutchi, sénateur UMP.

Harlem Désir, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, a apporté son soutien à la résolution et a rappelé la position de la France dans le conflit israélo-palestinien. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait déclaré le 28 novembre devant les députés que la France reconnaîtrait "sans délai" l'État de Palestine si une ultime tentative de résolution négociée sous l'égide de la communauté internationale échouait, évoquant un délai de deux ans.

Les initiatives françaises font suite aux votes par les parlements espagnol et britannique de la reconnaissance de l'État palestinien, qui a déjà été reconnu par la Suède. Les députés irlandais ont également adopté le 10 décembre une motion symbolique demandant à leur gouvernement de reconnaître un État palestinien.

Avec Reuters

 

Première publication : 11/12/2014

  • ESPAGNE

    Le Congrès espagnol appelle le gouvernement à reconnaître l'État palestinien

    En savoir plus

  • UNE SEMAINE DANS LE MONDE

    Débat en France sur un État palestinien

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Vote sur la Palestine : droite et gauche divisées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)