Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Une personnalité française ou internationale, issue de l’univers économique, culturel, politique ou diplomatique, nous livre son regard sur l’actualité. Le samedi à 8h45.

Dernière modification : 17/12/2014

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

© France 24

Le dalaï-lama a accordé un entretien exclusif à France 24. Selon lui, le nouveau pouvoir chinois est plus conciliant avec la cause tibétaine et pourrait prochainement pencher en faveur d’une autonomie de la province.

C’est un dalaï-lama résolument optimiste qui a accordé un entretien à France 24. Le chef spirituel des bouddhistes tibétains a bon espoir que les relations avec la Chine s’améliorent prochainement. Il assure même qu’il pense pouvoir assister de son vivant à "l’autonomie du Tibet". "C’est un sujet politique, si les dirigeants changent, développent une pensée plus réaliste, ces choses-là peuvent changer en une semaine."

C’est notamment l’approche "réaliste" du président chinois Xi Jinping qui suscite l’espoir du 14e dalaï-lama. Les relations avec la Chine sont interrompues depuis 2010, mais les récentes sorties du leader chinois vont dans le bon sens, selon lui. "Quand il est venu en France, il a dit que le bouddhisme avait un rôle très important à jouer dans la préservation de la culture chinoise. C’est inhabituel de la part d’un communiste, qui est considéré comme quelqu’un d’athée. Que le dirigeant du parti athée […] fasse des louanges au bouddhisme, c’est nouveau."

Le récipiendaire du prix Nobel de la paix en 1989 déplore toutefois que "l’establishment chinois" compte encore "beaucoup de tenants de la ligne dure, qui mettent Xi Jinping dans une situation difficile."

Si les choses s’arrangent dans un futur proche, le dalaï-lama annonce sa volonté de se rendre en Chine. "C’est mon souhait de faire un pèlerinage dans les sites bouddhistes importants de Chine". Mais là encore, il assure recevoir des "signaux contradictoires" de la part de Pékin.

"De la violence au nom de la foi bouddhiste, c’est insoutenable"

Interrogé sur les violences qui ont eu lieu récemment en Birmanie et qui ont impliqué des moines bouddhistes, il assure qu’il s’agit d’un "sujet grave". Le pays, à 90 % bouddhiste, voit une recrudescence des attaques contre les musulmans Rohingya par certains moines bouddhistes, qui disent vouloir protéger leur religion de l'islam. Le dalaï-lama tient tout d’abord à rappeler qu’il considère l’islam comme "une religion de paix", avant de condamner fermement ce qu’il considère toujours comme des "actes isolés". "De la violence au nom de la foi bouddhiste, c’est insoutenable", a insisté le dalaï-lama, qui s'est entretenu à ce sujet avec une autre lauréate du prix Nobel de la paix, Aung Sann Suu Kyi, figure de la lutte pour la démocratie en Birmanie et actuellement députée.

Quant à la récente annulation de son entrevue avec le pape François, le dalaï-lama se dit "un peu déçu". Il indique voir la main de Pékin dans le fait que plusieurs responsables politiques refusent de le rencontrer, comme ce fut le cas en mai 2014 avec le Premier ministre norvégien. Mais il rappelle qu’il a décidé en 2011 de se désengager totalement de ses responsabilités politiques et qu’il se considère désormais uniquement comme une "personne spirituelle".

"Les gouvernements eux-mêmes ne peuvent pas faire grand-chose, c’est l’opinion publique qui est importante. Notamment pour la préservation de la culture bouddhiste, de la culture de paix."

Par FRANCE 24

COMMENTAIRE(S)

Les archives

13/12/2017 Jérusalem

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

Dans un entretien accordé à France 24, le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel bin Ahmed al-Jubeir a souligné que Riayd condamnait la décision de Donald Trump de...

En savoir plus

13/12/2017 Bolivie

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

Dans un entretien accordé à France 24, le président bolivien Evo Morales revient sur l’Accord de Paris sur le climat, menacé depuis le retrait des Etats-Unis, sur les premières...

En savoir plus

11/12/2017 Afrique

Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", selon l'amiral Isnard

Dans un entretien exclusif accordé au Mali, l'amiral Laurent Isnard aborde l'opération Sabre au Sahel. Le général commandant des opérations spéciales évoque les spécificités de...

En savoir plus

09/12/2017 Afrique

Issoufou : "Face à la menace terroriste, l’État malien peut s’écrouler, il faut empêcher cela"

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, le président nigérien estime que si les pays du Sahel ne prennent pas de mesures effectives pour restaurer la sécurité dans la...

En savoir plus

29/11/2017 Processus de paix israélo-palestinien

Tsivia Walden Peres : "Les accords d'Oslo sont un point de non-retour"

Ex-président de l’État d’Israël, Shimon Peres s'en est allé en septembre 2016, mais sa voix raisonne encore, notamment au travers de ses mémoires. Dicté quelques semaines avant...

En savoir plus