Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Au Maroc, le Premier ministre Benkirane s'attire les foudres des femmes

© AFP - Des Marocaines protestant mardi devant le Parlement de Rabat, après les propos du Premier ministre

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/06/2014

Quelque 200 personnes ont manifesté mardi devant le Parlement de Rabat pour protester contre les récentes déclarations du chef du gouvernement marocain, l’islamiste Abdelilah Benkirane, sur le rôle des femmes dans la société moderne.

"Benkirane, ça suffit !", "Benkirane dégage, le Maroc n'est pas à toi !". Des militantes et responsables politiques marocaines ont exprimé  leur indignation devant le Parlement de Rabat, mardi 24 juin, à la suite de propos du chef du gouvernement islamiste, Abdelilah Benkirane, vantant la place de la femme au foyer. Lancé par la "Coalition civile pour l'application de l'article 19 de la Constitution", l’appel à manifester a réuni environ 200 personnes qui ont marqué leur courroux contre le chef du parti Justice et développement (PJD) en brandissant des casseroles et des cuillères.

>> À voir dans l'émission Actuelles : les 10 ans du Code de la famille au Maroc

Le Premier ministre "n'est pas intéressé par la promotion de l'égalité dans la société, il est intéressé par le fait de faire revenir les femmes à leurs domiciles et ça nous ne l'accepterons jamais, ni le mouvement démocratique, ni la société civile, ni la société dans son ensemble. Elle refuse cette vision réductrice. Elle refuse cette humiliation à l'égard des femmes qui consiste à les considérer comme un lustre qui doit éclairer la maison", a déclaré à l'AFP l'ancienne ministre de la Famille, Nouzha Skalli. "Nous exigeons en priorité une excuse officielle de l'institution législative, là où nos droits, notre dignité et nos acquis ont été touchés", a demandé pour sa part Latifa Jbabi, une manifestante interrogée par l’AFP.

"Je ne suis pas un lustre"

La semaine passée, devant le Parlement, le chef du gouvernement marocain avait ouvertement regretté l'évolution de la société marocaine et dénoncé "le modèle européen". "Il y a un problème par rapport au rôle de la femme dans la famille moderne, avait-il jugé. Lorsque la femme est sortie des foyers, ceux-ci sont devenus sombres". Et d’ajouter : "Vous qui êtes là, vous avez été éduqués dans des maisons où il y avait des lustres. Ces lustres étaient vos mères […] Nous sommes fiers car dieu nous a honorés pour défendre cette dimension".

>> À voir : "Deux générations de militantes se rencontrent au Maroc"

Ces propos ont entraîné une levée de boucliers, y compris sur les réseaux sociaux sous le hashtag #anamachitria ("je ne suis pas un lustre"). Un collectif regroupant des dizaines d'ONG locales ont fustigé un "appel implicite à confiner la femme à la fonction biologique reproductive et au travail domestique".

Dans un autre communiqué, les femmes de l'Union socialiste des forces populaires (USFP, opposition) ont condamné ces propos, exhortant Abdelilah Benkirane "à se concentrer plutôt sur l'application de l'article 19 de la nouvelle Constitution" de 2011. Adopté au plus fort du printemps arabe, cet article exhorte, entre autres, "l'État marocain à œuvrer à la réalisation de la parité homme-femme".

Avec AFP

Première publication : 25/06/2014

  • MAROC

    Maroc : des militants pro-réformes condamnés à des peines de prison ferme

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Cheikha Hadda Ouakki, la chanteuse rebelle de l’Atlas

    En savoir plus

  • MAROC

    Asmaa Boujibar, de Casablanca à la Nasa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)