Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

FRANCE

Lilian Lepère, caché plus de huit heures sous un évier à Dammartin

© Capture d'écran France 2 | Le graphiste Lilian Lepère sur le plateau du JT de France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/01/2015

Employé de l'imprimerie de Dammartin-en-Goële où s'étaient retranchés les frères Kouachi, vendredi, Lilian Lepère est resté caché toute la journée sous un évier. Il a livré son témoignage lundi dans le journal télévisé du soir de France 2.

Lilian Lepère, graphiste de 26 ans à l'imprimerie de Dammartin-en-Goële, est resté huit heures et demie sans bouger, caché dans un meuble étroit sous un évier, alors que les frères Kouachi étaient retranchés dans l'entreprise.

"J'étais dans un meuble avec deux portes battantes, à côté du siphon. C'est pas très grand (...) 70 cm par 90 cm, avec 50 cm de profondeur, sans pouvoir faire un mouvement", a-t-il raconté, lundi 12 janvier, au journal télévisé de France 2.

Si on bouge, "la porte s'ouvre d'un côté et ils étaient retranchés dans le bureau de mon directeur, dans la pièce mitoyenne (...) Si je faisais un bruit, ça tapait dans leur mur", explique-t-il.

Lors d'une incursion dans le réfectoire d'un jihadiste, le jeune homme est près de se faire repérer : "L'un des deux a ouvert le placard juste à côté du mien (...) à 50 cm. Je me suis dit 'il va faire tous les meubles'". Mais il ne l'ouvre pas.

Puis l'homme revient et "boit un verre d'eau juste au-dessus de moi, j'entends l'eau qui coule au-dessus de ma tête qui est collée contre l'évier, je vois son ombre à travers le petit interstice de lumière de la porte et le siphon fuit dans mon dos, je sens l'eau qui coule".

"Un moment surréaliste, je me suis dit 'c'est comme dans les films'"

Il décrit "un moment surréaliste, je me suis dit ‘c'est comme dans les films’", déclarant qu'il a alors eu "le cerveau qui arrête de penser, le cœur qui arrête de battre, le souffle qui se coupe et on attend, parce que c'est la seule chose à faire".

Au bout de quatre heures, Lilian Lepère s'aventure à chercher son portable dans sa poche, se servant des téléphones de la société qui sonnaient "un petit peu partout" pour amortir le bruit qu'il pourrait faire.

>> À lire sur France 24 : "Attentat contre 'Charlie Hebdo' : l'école et le défi des enseignants"

"Mon premier réflexe, ça a été de le mettre en silencieux, sachant que toute la journée, des gens essayent de me contacter (...), mon portable vibre et fait résonance dans ce meuble, à chaque fois, faut décaler la cuisse pour que ça fasse le moins de bruit possible".

Il envoie un sms à plusieurs de ses proches, son beau-frère lui répond qu'ils sont en direct avec la police. "Là, c'est les premières larmes. Le moral remonte un peu".

Il a ainsi pu donner un maximum de renseignements aux hommes du GIGN, qui l'ont finalement libéré quatre heures après.

À son directeur qui avait été relâché par les frères Kouachi, Lilian Lepère a dit "merci, parce que c'est lui qui m'a donné les secondes nécessaires pour que je puisse me cacher. S'ils m'avaient découvert, si on avait été deux otages, peut-être que les choses auraient été différentes".

Avec AFP

Première publication : 13/01/2015

  • FRANCE

    Prise d'otages du supermarché casher à Paris : "C'était l’enfer, un cauchemar"

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Attentat contre "Charlie Hebdo" : l'école et le défi des enseignants

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Charlie Hebdo" : Mahomet en pleurs à la une du journal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)