Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

FRANCE

"Je suis Charlie Coulibaly" : Dieudonné sera jugé pour apologie du terrorisme

© Patrick Kovarik, AFP | Le polémiste controversé Dieudonné.

Dernière modification : 14/01/2015

Le polémiste Dieudonné, qui a écrit dimanche sur Facebook se sentir "Charlie Coulibaly", en référence aux attentats meurtriers de Paris, répondra devant le tribunal correctionnel de faits d'apologie d'actes de terrorisme.

Le polémiste Dieudonné répondra devant le tribunal correctionnel de faits d'apologie
d'actes de terrorisme en raison d'un message sur les attentats qui ont fait 17 morts en France la semaine dernière, a-t-on appris mercredi 14 janvier de source judiciaire.

Le parquet de Paris a décidé de le convoquer le 4 février devant le tribunal correctionnel. Il avait été arrêté mercredi matin à son domicile  d'Eure-et-Loir par la police judiciaire parisienne. En France, l'apologie d'actes de terrorisme est passible de sept ans de prison et de 100 000 euros d'amende.

Avant l'annonce de sa convocation devant le tribunal, l'un de ses avocats, Me Jacques Verdier, avait dénoncé un acte démesuré, réfutant que le polémiste ait pu inciter directement à des actes de terrorisme par ses propos.

Le parquet de Paris avait ouvert lundi une enquête pour apologie du terrorisme contre Dieudonné, qui a écrit dimanche sur Facebook se sentir "Charlie Coulibaly", en référence à Amedy Coulibaly, qui a tué une policière à Montrouge et quatre personnes dans une épicerie casher de Paris. Le message en question a rapidement été retiré, mais des captures d'écrans restaient visibles sur plusieurs sites internet.

Dieudonné avait notamment assuré avoir participé à la manifestation historique du 11 janvier, organisée en hommage aux victimes du terrorisme, tout en la tournant en dérision, la qualifiant d'"instant magique comparable au big-bang", "comparable au couronnement de Vercingétorix".

Mardi 13 janvier, devant les députés, Manuels Valls avait fustigé le polémiste âgé de 48 ans, qualifié de "récidiviste de la haine". Le Premier ministre avait également demandé que "la justice soit implacable avec ces prédicateurs de la haine".

La lettre adressée au ministre Cazeneuve

De son côté, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait dénoncé des propos "abjects (...) qui témoignent d'une irresponsabilité, d'un irrespect et d'une propension à attiser la haine et la division tout simplement insupportables".

L'entourage de l'humoriste a diffusé un courrier, mardi 13 janvier, dans lequel Dieudonné Mbala Mbala s'adresse à Bernard Cazeneuve. "Depuis un an, je suis traité comme l’ennemi public numéro 1, alors que je ne cherche qu’à faire rire, et à faire rire de la mort, puisque la mort, elle, se rit bien de nous, comme 'Charlie' le sait, hélas", écrit Dieudonné.

Il se dit victime d'un hacharnement des autorités. "On cherche un prétexte pour m’interdire. On me considère comme un Amedy Coulibaly alors que je ne suis pas différent de 'Charlie'", assure Dieudonné dans ce document.

Dieudonné s'est rapproché au fil de sa carrière des milieux islamiques, des communautaristes noirs et des négationnistes de la Shoah, faisant notamment monter sur scène Robert Faurisson lors de l'un de ses spectacles. Il a conduit une liste
antisioniste aux élections européennes de 2009.

Célèbre pour sa "quenelle", geste interprété comme un salut nazi inversé par des associations mais qu'il présente comme une manifestation "antisystème", Dieudonné a été condamné à plusieurs reprises pour provocation à la haine raciale, en 2013 notamment pour la chanson Shoananas.

Il a été mis en examen en octobre 2014 pour fraude fiscale et faisait déjà l'objet d'une enquête pour apologie d'actes de terrorisme après la diffusion d'une vidéo sur l'assassinat du journaliste américain James Foley.

Avec AFP et Reuters

 

 

 

Première publication : 14/01/2015

  • ATTENTATS À PARIS

    Dieudonné visé par une enquête après ses propos sur "Charlie Coulibaly"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)