Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

EUROPE

En images : à Athènes, la victoire de Syriza semble à portée de main

© Mehdi Chebil, France 24 | Alexis Tsipras, leader du parti Syriza, s'est exprimé pendant plus d'une heure lors de son dernier meeting, à Athènes.

Texte par Mehdi CHEBIL , à Athènes

Dernière modification : 23/01/2015

Plusieurs milliers de partisans du parti de la gauche radicale Syriza se sont rassemblés, jeudi à Athènes, pour le dernier meeting de leur chef charismatique Alexis Tsipras, avant les élections du 25 janvier.

C'est un mot que les Grecs n'avait plus l'habitude d'entendre. "Elpida", qui signifie espoir, était affiché en grand sur les panneaux électoraux du parti anti-austérité Syriza pour son dernier meeting électoral, jeudi 22 janvier, à Athènes, en Grèce. À quatre jours des élections générales, l'espoir d'un véritable changement de politique a illuminé le visage des milliers de personnes, rassemblées place Omonia, pour écouter le chef charismatique de la gauche radicale grecque, Alexis Tsipras.

Le jeune quadra s'est exprimé sans note, tenant son audience en haleine pendant près d'une heure en accablant le gouvernement du Premier ministre sortant, Antonis Samaras.

"Ils vous ont volé vos emplois. Ils vous ont volé vos rêves et vos sourires. Pour certains, ils vous ont même volé votre pays en vous forçant à émigrer à l'étranger... Ne les laissez pas voler votre espoir ! Ne les laissez pas voler votre futur !", a lancé le chef de Syriza devant une foule parsemée de drapeaux rouges, jaunes, et blancs, aux couleurs des différentes composantes de Syriza.

Un message qui fait mouche dans un pays frappé par un taux de chômage de plus de 25 % et saigné à blanc par une interminable cure d'austérité.

>> À voir sur France 24 : Syriza inquiète l'Europe

La lumière au bout du tunnel

La majorité des participants au meeting sont convaincus que le parti anti-austérité s'imposera au terme du vote de dimanche. Le dernier sondage en date, publié jeudi par la chaîne de télévision Mega, fait état d'une confortable avance de 6 % de Syriza sur son adversaire conservateur, le parti Nouvelle Démocratie d'Antonis Samaras.

"On commence à réaliser que la victoire est vraiment possible. Le meeting d'aujourd'hui est plus grand, plus enthousiaste que les précédents", affirme Rena, une sympathisante de Syriza, venue en famille depuis la banlieue nord d'Athènes.

Dentiste de profession, elle a pu constater de ses propres yeux les effets dévastateurs de la crise sur la santé de ses clients. "Même dans un quartier aisé comme celui de Melissia, les soins dentaires sont l'une des premières choses que les gens abandonnent quand ils n'ont plus d'argent", explique la quinquagénaire.

Effet domino en Europe

Syriza a gagné des points auprès de l'électorat grec avec plusieurs propositions sociales phares, comme la gratuité de l'électricité et des soins pour les personnes vivant sous le seuil de pauvreté, ou encore la hausse du salaire minimum. Mais c'est surtout la volonté de se libérer du carcan néolibéral imposé par ses bailleurs de fonds qui captive les observateurs étrangers.

"Si Tsipras gagne dimanche, le parti Podemos l'emportera également en Espagne et tous les pays d'Europe du Sud, ceux qui ont des problèmes financiers, se mobiliseront pour refuser l'austérité", pronostique Anna Papageorgiou, avocate de 33 ans, venue avec un drapeau marqué du sceau "L'altra Europa con Tsipras" ("Une autre Europe avec Tsipras", en italien).

>> À lire sur France 24 : À Paris, la gauche de la gauche main dans la main au meeting pro-Syriza

C'est précisément cet espoir d'un effet domino qui a poussé plusieurs leaders de la gauche européenne - du chef de Podemos, Pablo Iglesias, au patron du parti communiste français Pierre Laurent - à venir prendre le pouls de cette fin de campagne électorale à Athènes.

En attendant la contagion annoncée des idées anti-austérité en Europe, ce sont des chansons militantes des quatre coins du continent - "Bella Ciao", "On lâche rien", "People have the power"... - qui ont donné un véritable air de fête paneuropéenne à la fin du meeting électoral de Syriza.

Première publication : 23/01/2015

  • POLITIQUE

    Marine Le Pen souhaite une victoire de l'extrême gauche en Grèce

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le Parlement grec annonce sa dissolution

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Grèce : la stratégie gagnante de Syriza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)