Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Autorité palestinienne exsangue depuis qu'Israël ne verse plus les taxes

© Catpure d'écran France 24 | Une rue commercante de Ramallah

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/02/2015

Pour punir l'Autorité palestinienne d'avoir adhéré à la Cour pénale internationale, Israël bloque depuis décembre les taxes qu'il collecte pour elle. Une perte qui paralyse l'économie palestinienne et pèse sur les ménages. Reportage.

À Ramallah, les magasins se vident de leur clients et les commerçants peinent à écouler leurs stocks. En cause, le gel de transfert de fonds de la part d'Israël. L’état hébreu bloque en effet depuis décembre les taxes qu'il collecte pour le compte de l'Autorité palestinienne, la privant de plus de 100 millions d'euros chaque mois.

Ce gel des transferts avait été décrété en réponse à l'adhésion des Palestiniens à la Cour pénale internationale (CPI) pour y poursuivre des dirigeants israéliens, après le rejet par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution palestinienne réclamant la fin de l'occupation sous trois ans.

La somme représente 70 % du budget du gouvernement de Ramallah qui, du coup, peine à payer les salaires de ses fonctionnaires. Pour les officiels palestiniens, cela sert avant tout les intérêts israéliens, alors que les politiques sont en pleine campagne électorale.

"Les politiciens israéliens se disputent entre eux pour savoir qui va confisquer le plus de terres palestiniennes, qui va tuer le plus de Palestiniens, qui va nous rendre la vie plus insupportable, tout ça pour récupérer les voix des extrémistes israéliens", déplore Mahmoud al-Aloul, membre du comité central du Fatah, au micro de France 24.

"C'est la misère"

Une grande partie de la population locale travaille dans le secteur public, or les fonctionnaires ne touchent désormais qu'une portion de leur salaire. Les employés du ministère des Finances ne font pas exception.

C’est le cas de Jubrail Aranke : "Nos vies sont déjà difficiles quand on touche 100% de notre salaire alors imaginez maintenant". "C'est la misère et ça finit par impacter tout le monde autour de nous, se plaint-il. Les fonctionnaires souffrent, qu'ils soient dans le domaine civil ou dans les forces de sécurité."

Washington et plusieurs responsables palestiniens ont déjà mis en garde contre un possible "effondrement" de l'Autorité si ces fonds ne venaient pas rapidement.
 

Première publication : 26/02/2015

  • PROCHE-ORIENT

    Crimes de guerre : la CPI "examine" la plainte de l'Autorité palestinienne

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Mahmoud Abbas se tourne vers la CPI après son échec à l'ONU

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    ONU : la résolution palestinienne échoue au Conseil de sécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)