Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Tournée africaine de Xi Jinping : la Chine toujours plus présente sur le sol africain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au cœur de la tempête

En savoir plus

Afrique

Droit des femmes : près de 10 000 femmes défilent pour la parité à Rabat

© Fadel Senna, AFP | "Révisons nos lois discriminatives à l'égard de la femme !", ont notamment crié les manifestantes.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/03/2015

Répondant à l'appel du collectif "Parité et démocratie", des dizaines de milliers de femmes marocaines ont défilé dimanche à Rabat pour réclamer plus de parité dans le pays et dénoncer les propos sexistes du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.

Ses propos avaient choqué les Marocaines, l'été dernier. Le 17 juin 2014, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, également chef du parti islamiste Justice et Développement (PJD), avait livré sa vision plutôt archaïque de la femme. "Les femmes qui travaillent ne trouvent plus le temps de se consacrer à leurs enfants et à leur famille", avait-il déclaré avant d'ajouter : "C'est une faute".

>> À lire sur France 24 : "Au Maroc, le Premier ministre Benkirane s'attire les foudres des femmes"

Neuf mois plus tard, à l'occasion de la Journée internationale de la femme, des milliers de Marocaines, qui n'ont pas oublié les propos de leur Premier ministre, sont descendues dans les rues de la capitale, Rabat, pour dénoncer ces propos rétrogrades. "Par cette marche, nous voulons prouver au monde que les femmes marocaines sont des militantes, qui n'hésitent pas à répondre présent sur le terrain", a déclaré Amina Sabil, l'une des organisatrices, membre du collectif "Parité et démocratie".

"Nous dénonçons le recul enregistré dans le domaine des droits des femmes ces dernières années", a pour sa part clamé la présidente de la Fédération de la ligue démocratique pour les droits des femmes, Fouzia Assouli, citée par l'agence MAP.

Une "égalité des droits" bien trop lente

Cette responsable a évoqué les différentes problématiques qui touchent les Marocaines : le mariage des mineures - en forte augmentation au cours de la décennie écoulée avec plus de 30 000 cas par an -, les violences conjugales ou encore la précarité sociale.

Selon des chiffres du Haut-commissariat au plan (HCP), près d'une Marocaine sur deux (45,7 %) est analphabète et près de deux sur trois (62,8 %) sont victimes de violences.

>> À voir dans l'émission Actuelles : "Les 10 ans du Code de la famille au Maroc"

Adopté dans le contexte du Printemps arabe, la Constitution de 2011 consacre pourtant "l'égalité des droits" et exhorte l'État à "oeuvrer pour la parité" à travers la mise en place d'une instance spéciale. Si le gouvernement, emmené par les islamistes du PJD, a récemment qualifié d'imminente l'adoption du projet de loi créant cette instance, des ONG jugent la mise en œuvre de la nouvelle Constitution bien trop lente.

>> À voir sur France 24 : "Deux générations de militantes se rencontrent au Maroc"

Avec AFP

Première publication : 09/03/2015

  • DIPLOMATIE

    France-Maroc : cette brouille qui n’en finit pas

    En savoir plus

  • MAROC

    Au Maroc, le Premier ministre Benkirane s'attire les foudres des femmes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)