Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Afrique

Vidéo : la découverte d’une fosse commune ravive le débat sur la répression en RDC

© Capture d'écran France 24 | Plus de 400 corps ont été enterrés, le 19 mars, dans ce terrain de Maluku, à 100 kilomètres de Kinshasa.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/04/2015

En République démocratique du Congo, 421 corps ont été enterrés dans une fosse commune en pleine nuit. Certains soupçonnent les autorités d’y avoir caché les cadavres de manifestants tués lors d'affrontements avec la police à Kinshasa en janvier.

À Maluku, en République démocratique du Congo, plus de 400 personnes ont été inhumées dans la nuit du 19 au 20 mars dernier. "Des hommes ont creusé un trou profond. Puis un camion s'est tourné pour jeter les corps. Une fois jetés, ils les ont ensevelis", explique à France 24 Rolland, un habitant de Maluku, située à 100 kilomètres à l'ouest de Kinshasa.

"En partant, le camion a eu des difficultés car il y avait du sang au sol. […] Pour moi, ce n'est pas normal ce qu’il s'est passé. Ils ont fait cela durant la nuit, ils ont donc un secret à cacher."

Selon certaines personnes, les cadavres ensevelis dans cette fosse commune pourraient être les dépouilles des manifestants tués par la police lors des affrontements de janvier dernier à Kinshasa. Les 19, 20 et 21 janvier 2015, la police congolaise a violemment réprimé des manifestations organisées contre la révision de la loi électorale, visant à permettre à Joseph Kabila de rester au pouvoir.

"On n'a rien à cacher"

"Jusqu'à aujourd'hui, plusieurs familles qui ont perdu leurs proches lors des manifestations ne savent toujours pas où sont les cadavres de leurs proches tués", explique Ida Sawyer, chercheuse pour l'ONG Human Rights Watch.

Les autorités congolaises, qui estiment à 17 le nombre de morts lors de ces violences, confirment pour leur part avoir enterré 421 personnes lors de cette fameuse nuit. Elles affirment cependant qu’il s’agit d’une procédure habituelle visant à désengorger les morgues de la capitale. "Le gouvernement est prêt à autoriser l'exhumation de ces corps", assure Robert Luzolanu Mavema, gouverneur par intérim de la province de Kinshasa. "On n'a rien à cacher", ajoute-t-il, face à l’ampleur de la polémique.

En attendant une éventuelle exhumation des cadavres, une enquête a été ouverte par les autorités.

Première publication : 08/04/2015

  • EXCLUSIF

    RD Congo : "Il faut savoir accepter la démocratie et partir" dit Moïse Katumbi

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Vidéo : la colère des Congolais privés de réseaux sociaux

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE

    RD Congo : l'Assemblée va retirer l'alinéa controversé de la loi électorale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)