Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Moyen-Orient

L'ONU impose un embargo sur les ventes d'armes aux rebelles houthis

© AFP | Des rebelles houthis à Sanaa.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2015

Le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé mardi un embargo sur les armes à destination des rebelles chiites houthis qui contrôlent une partie du Yémen, et des sanctions contre les partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mardi 14 avril une résolution exigeant le retrait des rebelles houthis des régions qu’ils contrôlent à travers le Yémen. Le texte impose aussi un embargo sur les ventes d'armes à destination de ces insurgés et sanctionne le chef de la milice chiite, Abdoulmalik al Houthi, ainsi qu'Ahmed Saleh, ex-chef de la Garde républicaine et fils de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, par le gel de leurs avoirs à l'étranger et une interdiction de visa.

Ce projet de résolution a été présenté par la Jordanie et des pays arabes du Golfe. Quatorze des 15 pays membres ont voté pour. La Russie, qui entretient des relations amicales avec l'Iran, lui-même favorable aux rebelles chiites houthis, s'est abstenue. L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a souligné que Moscou aurait préféré "que l'embargo sur les armes soit total", c'est-à-dire qu'il concerne les deux camps et pas seulement les Houthis.

Le Conseil a par ailleurs renouvelé son soutien au président yéménite sunnite Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite, et invité les belligérants à régler leurs différends par la négociation, de façon à obtenir "une cessation rapide" des hostilités.

>> À lire sur France 24 : L'aide humanitaire arrive à Aden, où la situation est "catastrophique"

La résolution n’impose pas à la coalition arabe qui combat les Houthis de suspendre ses raids aériens, qu'elle mène depuis près de trois semaines. Tout au plus exhorte-t-elle les combattants à préserver la population civile et charge-t-elle le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de "redoubler d'efforts pour faciliter la livraison de l'aide humanitaire et l'évacuation (des civils), y compris par l'instauration de pauses humanitaires si nécessaire".

Des diplomates du Conseil se sont montrés sceptiques à l’égard de ces sanctions. Ils rappellent que selon des experts de l'ONU, le pays compte déjà plus de 40 millions d'armes de tous calibres et que les Houthis ne sont pas réputés pour voyager régulièrement, ni disposer d'importants comptes bancaires à l'étranger.

Avec AFP

Première publication : 14/04/2015

  • YÉMEN

    Laurent Fabius soutient la poursuite des raids saoudiens au Yémen

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Plus de 500 rebelles houthis tués à la frontière saoudienne depuis fin mars

    En savoir plus

  • YÉMEN

    L'aide humanitaire arrive à Aden, où la situation est "catastrophique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)