Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Asie - pacifique

En proie aux répliques, le Népal tente de porter secours aux victimes du séisme

© Prakash Mathema, AFP | Des Népalais passent devant des décombres dans le centre de Katmandou, dimanche 26 avril.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/04/2015

Alors que les sauveteurs népalais tentent de retrouver des survivants au lendemain du séisme qui a frappé le Népal, samedi, une réplique de grande ampleur a secoué le pays ainsi que le centre de la capitale indienne New Delhi.

Une forte réplique du séisme, qui a secoué le Népal samedi 25 avril et fait au moins 2 200 morts et plus de 5 800 blessés, a été ressentie dimanche dans le pays ainsi que dans le centre de la capitale indienne New Delhi, où les immeubles ont tremblé.

Selon l'institut de veille géologique américain (USGS), le tremblement de terre de dimanche était de magnitude 6,7 sur l'échelle de Richter, contre 7,9 samedi.

Depuis la première secousse, le Népal est engagé dans une course contre la montre pour venir en aide aux personnes coincées sous les décombres de bâtiments détruits.

"Les opérations de secours sont rendues compliquées par les répliques"

>> À voir sur France 24 : "Les temples centenaires de Katmandou en ruines après le séisme"

Le pays a lancé un appel à la solidarité internationale pour faire face à la situation. "Notre pays traverse une situation de crise, et nous allons avoir besoin d'un énorme soutien et de beaucoup d'aide", a déclaré samedi le ministre de l'Information, Minendra Rijal.

"Ce ne sont pas seulement quelques régions du Népal qui sont dévastées. Pratiquement tout le pays est touché", a déclaré de son côté Krishna Prasad Dhakal, chef de mission adjoint à l'ambassade du Népal à New Delhi.

Les secours creusent parfois à mains nues dans les décombres, ou avec quelques pioches, faute de pouvoir manœuvrer les pelleteuses dans les rues étroites de la vieille ville de Katmandou. En outre, les autorités tentent de fournir des abris aux milliers d'habitants de la capitale qui ont passé la nuit dans les rues sous un froid glacial et une pluie verglaçante.

Le gouvernement a prévu d'installer des tentes et de transformer écoles et bâtiments publics en abris pour les sinistrés, a déclaré un responsable du ministère de l'Intérieur. Des routes vont être rouvertes et des hélicoptères doivent se rendre dans des zones isolées.

Solidarité internationale

Washington a annoncé l'envoi d'une équipe de secouristes et promis le déblocage immédiat d'une aide d'un million de dollars pour "répondre aux besoins urgents". L'Inde, qui a aussi subi les effets du tremblement de terre, a de son côté envoyé des avions militaires avec du matériel médical et des équipes de sauveteurs à bord.

De leurs côtés, le Pakistan et la Grande-Bretagne ont également annoncé l'envoi d'équipes de recherche et de secouristes. La France, où des ONG comme Médecins du Monde ou Action contre la faim, a indiqué qu'elle se tenait prête à répondre aux demandes de secours et d'assistance que les autorités du Népal pourraient lui adresser. La directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, a indiqué samedi que le FMI était prêt à évaluer rapidement les besoins financiers des autorités népalaises.

La solidarité internationale s'organise

Le séisme de samedi est le plus grave survenu au Népal depuis celui de 1934 qui avait fait plus de 8 500 morts. Son épicentre, localisé à mi-distance environ entre Katmandou et Pokhara, la deuxième ville du pays, était peu profond. Seulement deux kilomètres selon l'USGS, l'institut américain de veille géologique, ce qui a aggravé les conséquences dans ce pays pauvre de 28 millions d'habitants.

Les informations en provenance d'autres régions du pays circulent mal. "Nous sommes totalement coupés de la plupart des régions du pays", a dit Ram Narayan Pandey, de l'Autorité népalaise de gestion des catastrophes, l'agence qui coordonne les secours à partir de Katmandou.

Le camp de base de l'Everest touché

Une avalanche provoquée par le séisme a dévalé de l'Everest, ensevelissant une partie du camp de base, sur le versant népalais. Selon Ang Tshering Sherpa, président de l'Association népalaise d'alpinisme, 17 corps y ont été retrouvés et 61 personnes ont été blessées dans la catastrophe.

Selon des responsables du ministère népalais du Tourisme, un millier de personnes, dont quelque 400 alpinistes étrangers qui voulaient profiter de la période climatique réputée favorable à l'ascension, étaient présents aux abords du camp de base au moment de la secousse.

Le bilan provisoire de l'avalanche oscillait samedi soir entre dix morts, selon le ministère, et dix-huit morts, d'après l'armée indienne qui a expédié une équipe de sauveteurs sur place. À cette époque de l'année, le Népal est très fréquenté par les touristes, attirés par les sommets de l'Himalaya et les circuits de trekking. Selon le ministère, 300 000 ressortissants étrangers séjournent actuellement dans le pays.

Avec Reuters

Première publication : 26/04/2015

  • NÉPAL

    En images : avalanches meurtrières sur l'Everest après le séisme

    En savoir plus

  • NÉPAL

    En images : les temples centenaires de Katmandou en ruines après le séisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)