Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Culture

Mort de la légende du blues B.B. King

© Fabrice Coffrini, AFP | B.B. King était l'une des dernières légendes vivantes du blues des origines.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/05/2015

B.B. King, légende du blues, est décédé à l'âge de 89 ans, jeudi soir, à Las Vegas, où il avait été hospitalisé début mai pour des problèmes de déshydratation.

Le guitariste américain B.B. King, légende du blues qui a inspiré de nombreux musiciens, est mort à l'âge de 89 ans, a annoncé sa fille, vendredi 15 mai, à CNN.

B.B. King avait été hospitalisé au début du mois à Las Vegas à la suite de problèmes de déshydratation, selon sa fille Patty King. D'après les médias américains, "le roi du blues" est décédé jeudi soir à Las Vegas.

B.B. King était l'une des dernières légendes vivantes du blues des origines, musique qu'il jouait depuis la fin des années 40 et qu'il a continué de défendre sur scène jusqu'à sa mort, muni de sa fidèle Gibson surnommée "Lucille".

Par son sens du spectacle, les plus de 300 concerts annuels qu'il a donnés pendant des décennies et son art du solo de guitare, il est peut-être le bluesman qui a eu le plus d'influence sur le rock. Une référence pour Eric Clapton, il avait aussi accompagné sur la route les Rolling Stones en 1969 puis U2 vingt ans plus tard, réussissant à transmettre le blues à toutes les générations.

S'il souffrait de diabète chronique et d'une faiblesse aux genoux qui l'obligeait à jouer assis, B.B. King assurait en plaisantant, dans un entretien accordé en 2007 à l'AFP, que sa "maladie" la plus importante se nommait "j'en veux encore !", promettant de jouer encore et encore "jusqu'à la mort".

Influencé par son cousin Bukka White

L'enfance de Riley Ben King, né le 16 septembre 1925 à Itta Bena, près d'Indianola (Mississipi), ressemble à celle de milliers d'enfants noirs, travailleurs agricoles dans les grandes plantations de coton du "mid south" ségrégationniste.

Mais le jeune King, orphelin, a la chance à l'adolescence d'être pris sous l'aile protectrice de Bukka White, son cousin. Ce guitariste aveugle possédant une sérieuse réputation dans la région, va jouer un rôle essentiel dans son éducation musicale : il l'initie à la guitare et lui fait découvrir la grande ville, Memphis, où il réside à partir de 1947.

Le futur B.B. King y côtoie Sonny Boy Williamson (Rice Miller), Robert Lockwood Jr, Bobby "Blue" Bland, se produit régulièrement à Beale Street - où il a ensuite possédé un club à son nom -, le "Broadway" de la musique noire aux États-Unis.

Sa carrière prend un nouveau tour en 1949 lorsqu'il est embauché comme DJ dans une radio et y gagne son surnom "Blues Boy" (B.B.).

Ike Turner, à cette époque détecteur de talents, le met sur les rails du succès : le jeune B.B. King décroche avec "Three O'Clock Blues" son premier "hit" en 1951 et abandonne la radio pour partir sur les routes avec sa guitare.

Décoré de la médaille présidentielle de la liberté

La légende est en marche : succès régional dans les années 50, national avec des titres comme "Sweet Sixteen" (1960) et des prestations au festival de Newport entre 1968 et 1975, de Monterey en 1967 où il partage l'affiche avec Jimi Hendrix et Otis Redding, international avec une première apparition en Europe en 1968 et au Japon en 1971.

Avec l'âge et sa santé déclinante, il réduit évidemment le nombre de concerts annuels mais continuait à en donner une centaine par an à plus de 80 ans, même si, courant 2014, certaines prestations lui valent des mauvaises critiques. Début octobre 2014, il avait dû écourter une tournée américaine en annulant huit dates en raison de son état de fatigue.

Malgré les paillettes, les casinos de Las Vegas, cet homme humble n'a jamais oublié ses origines. Le soir de l'assassinat de Martin Luther King, en avril 1968, il improvise un concert avec son disciple Buddy Guy et Jimi Hendrix. Au début des années 1970, il a aussi donné une série de concerts dans les prisons et a fondé en mars 1972 avec un avocat une association en faveur des détenus.

Au delà de ses qualités musicales, B.B. King, décoré en 2006 de la "médaille présidentielle de la liberté", la plus haute distinction civile des États-Unis, a toujours voulu imposer une image positive du bluesman, loin de la drogue, de l'alcool et de la violence des ghettos.

Avec lui s'éteint la lignée de King qui ont illuminé le blues, Albert (mort en 1992), Freddie (mort en 1976) et Earl (mort en 2003), tous guitaristes.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 15/05/2015

  • INSTITUT DU MONDE ARABE

    Exposition : du Bronx au Caire, sur les traces du hip-hop arabe

    En savoir plus

  • EXPOSITION

    En images : Une exposition à la BNF retrace la vie d'Édith Piaf

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Décès du chanteur Percy Sledge, interprète de "When a Man Loves a Woman"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)