Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : le Soudan du Sud, pays maudit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La cupidité des grandes entreprises va régir Internet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Italie : les pilotes de Ryanair appelés à un débrayage de quatre heures, une première

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tragédie au passage à niveau"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Rachat de Fox par Disney : la souris croque le renard pour 66 mds de dollars

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Procès de Khalifa Sall au Sénégal : aussitôt ouvert, aussitôt renvoyé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : la performance de Vladimir Poutine scrutée dans les médias

En savoir plus

EUROPE

L’UE tient à Riga un sommet avec six pays d’ex-URSS, à l’ombre de la Russie

© John Thys, AFP | Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait comprendre qu'aucune nouvelle adhésion à l'UE n'était pour l'heure envisageable pour les six pays d'ex-URSS présents au sommet.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/05/2015

Les dirigeants des 28 pays de l'Union européenne et de six pays d'ex-URSS tiennent jeudi et vendredi à Riga un sommet du Partenariat oriental, initiative destinée à les rapprocher, mais plombée par l'intervention de la Russie en Ukraine.

Le sommet du Partenariat oriental, qui se tient à Riga (Lettonie) entre les dirigeants des 28 pays de l’UE et de six anciennes républiques soviétiques - Ukraine, Géorgie, Moldavie, Arménie, Azerbaïdjan et Biélorussie -, se déroule jeudi 21 et vendredi 22 mai dans un contexte difficile.

L'annexion de la Crimée et le soutien de Moscou aux séparatistes du Donbass ont montré la détermination du Kremlin à empêcher, y compris par la force, la marche de ses anciens satellites vers l'Occident et la réduction de ce qu'il considère comme sa zone d'influence.

>> À voir sur France 24 : "Donetsk, le prix de l’indépendance"

La pression de Moscou avait déjà conduit à l'échec du sommet précédent, celui de Vilnius (Lituanie), en novembre 2013. Le président ukrainien d'alors, Viktor Ianoukovitch, avait au dernier moment renoncé à signer un accord d'association avec l'UE, déclenchant des manifestations qui ont conduit à sa chute et au conflit séparatiste dans son pays.

L'accord a finalement été signé par le président pro-européen Petro Porochenko, le 28 juin 2014. À Riga, en marge du sommet, les deux parties doivent signer un document confirmant une troisième tranche d'aides européennes, de 1,8 milliard d'euros.

Un partenariat "à petit pas"

Cependant, le Partenariat, créé en 2009 pour installer une "zone de sécurité et de stabilité", ne peut avancer aujourd'hui qu'"à petits pas", selon l'expression du politologue letton Andris Spruds.

L'Arménie et la Biélorussie refusent par exemple de condamner l'annexion de la Crimée par la Russie dans la déclaration finale du sommet, a appris l'AFP jeudi de source proche d'une délégation européenne.

Mais "cela ne représente pas de risque réel pour le sommet", a indiqué cette source, et probablement, "la question de la Crimée sera traitée dans un document séparé". Plusieurs pays ont des objections concernant des passages du projet de la déclaration finale, au sujet notamment des conflits gelés dans l'ex-URSS, a par ailleurs reconnu une source proche de la délégation lettonne.

On peut néanmoins noter quelques signes de volonté d'apaisement dans l'affaire ukrainienne, tant à Berlin qu’à Paris ou Moscou, qui a renoncé à s'opposer à l'entrée en vigueur d'un accord de libre-échange UE-Ukraine. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a adopté mardi à Bruxelles un ton relativement conciliant à propos du Partenariat. "Nous ne souhaitons qu'une chose (..) que ces relations ne soient pas construites au détriment des intérêts légitimes de la Fédération de Russie", a-t-il dit.

Les perspectives d'entrée dans l'UE des six pays du Partenariat sont nulles pour le moment. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a fait clairement comprendre qu'aucune nouvelle adhésion n'était envisageable dans les cinq années qui viennent.

Sa chef de la diplomatie Federica Mogherini cherche d'abord "une approche constructive des rapports avec Moscou", constate Elzbieta Kaca, de l'Institut polonais des affaires internationales PISM. La grande question est de savoir comment concilier le Partenariat et les relations avec la Russie, résume la chercheuse.

Avec AFP

Première publication : 21/05/2015

  • UKRAINE

    Le président ukrainien déclare la guerre à la "propagande communiste"

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Porochenko prépare l'Ukraine pour son entrée dans l'Union européenne

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Royaume-Uni : vers un référendum sur la sortie de l'Union européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)