Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

Culture

Exposition au Panthéon : "Quatre vies en résistance" pour ne pas oublier

© Stéphanie Trouillard, France24 | L'entrée de l'exposition "Quatre vies en résistance" au Panthéon.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 25/05/2015

Le 27 mai, quatre nouvelles personnalités vont faire leur entrée au Panthéon: Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay. Une exposition permet de mieux connaître leurs histoires et leurs combats.

En février 2014, le président François Hollande avait annoncé le transfert de quatre nouvelles personnalités au Panthéon : Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay. Deux femmes et deux hommes "qui ont incarné les valeurs de la France quand elle était à terre", avait alors expliqué le chef de l’État. "J’ai voulu que ce soit l’esprit de Résistance qui puisse être salué", avait-il ajouté pour justifier le choix de ces quatre figures qui se sont opposées, chacune à leur manière, à l’Occupation allemande.

Un peu plus d’un an après cette décision, ces nouveaux grands noms vont faire officiellement leur entrée dans le temple de la nation mercredi 27 mai, à l’occasion de la journée nationale de la Résistance, et vont rejoindre les 71 autres déjà présents dans la crypte. En marge de cette cérémonie officielle, le Panthéon présente une exposition dédiée à la vie de ces personnalités. "Le but est de permettre aux visiteurs, qui ne seraient pas très familiers de l’histoire de la Résistance et de la personnalité de ces quatre héros, de mieux les connaître et de mieux comprendre ce qu'a été leurs parcours, résume Philippe Belaval, le président du Centre des monuments nationaux. Un parcours tragiquement interrompu en 1944 pour Pierre Brossolette et Jean Zay et qui s’est au contraire prolongé pour Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle avec la poursuite de l’idéal de la Résistance dans d’autres engagements."

L’héritage de la résistance

À l’aide de photographies et de documents d’époque, ainsi que de nombreuses vidéos, l’exposition "Quatre vies en résistance" retrace le destin de ces Français peu connus du grand public : Jean Zay, le ministre de l’Éducation du Front populaire assassiné en juin 1944 par des miliciens, Pierre Brossolette, journaliste et commandant du Bureau central de renseignements et d'action (BCRA) arrêté en 1944 et qui s’était défenestré plutôt que de parler, Germaine Tillion, ethnologue membre du réseau du Musée de l’Homme, déportée à Ravensbrück, et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, la nièce du général, résistante de la première heure, elle aussi conduite dans ce camp de concentration.

Chacun d’entre eux, habité par ce même esprit de résistance, est présenté de sa naissance à sa mort autour de quatre périodes clés : les origines, les résistances, les dépassements et les héritages. Au-delà de l’aspect purement historique et éducatif, l’exposition vise à faire réfléchir les visiteurs sur la transmission des idées et des actions de ces nouveaux entrants. "La résistance ne s'est pas arrêtée avec la capitulation de l’Allemagne, mais cela se poursuit et se transforme", estime Philippe Belaval. "De récents événements montrent que la défense de la liberté, de l’égalité, de la fraternité sont des combats de tous les jours pour chacun d’entre nous", ajoute-t-il en faisant référénce aux attentats de janvier dernier.

L'exposition "Quatre vies en résistance" est à voir jusqu'au 10 janvier 2016 au Panthéon. © Centre des Monuments Nationaux

Une source vive d’inspiration

À la fin du parcours, le public est donc invité, dans un livre d’or numérique, à s’exprimer sur l’idéal de la résistance et sur les valeurs qu’il faut continuer à défendre. Les visiteurs peuvent déposer des messages dans des bornes d’enregistrement vidéo. Ils seront ensuite directement intégrés dans le contenu de l’exposition. "Ce n’est pas un souvenir froid. De la mémoire pour de la mémoire. Celle-ci doit être une source vive d’inspiration pour aujourd’hui", insiste Philippe Belaval.

À l’occasion de l’hommage à ces figures disparues, l’entrée du Panthéon sera gratuite du 28 au 31 mai inclus. Le public pourra aussi assister, le soir de la cérémonie, à un spectacle son et lumière projeté sur le monument à partir de 22 h 15.

-"Quatre vies en résistance". Place du Panthéon, 75005 Paris. Tous les jours jusqu'au 10 janvier 2016. Entrée 7,50 €, tarif réduit 6 €.

Présentation de l'exposition "Quatre vies en résistance"

Première publication : 25/05/2015

  • COMMÉMORATION

    Hollande donne le coup d'envoi des cérémonies du 70e anniversaire du 8 mai 1945

    En savoir plus

  • LIBÉRATION DE PARIS

    Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • SECONDE GUERRE MONDIALE

    Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)