Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Afrique

Le film de Nabil Ayouch sur la prostitution, "Much Loved", interdit au Maroc

© Angela Weiss, Getty Images North America, AFP | Le réalisateur Nabil Ayouch dit avoir rencontré pour ce film entre 200 et 300 jeunes femmes qui sont, ou ont été, des prostituées.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/05/2015

Parler de prostitution ne passe pas au Maroc. Le dernier film de Nabil Ayouch, "Much Loved", qui traite de ce sujet vient ainsi de faire les frais de la censure du gouvernement et sera donc interdit dans le royaume chérifien.

Le film de Nabil Ayouch, "Much Loved", présenté lors du dernier Festival de Cannes, sera interdit de projection au Maroc car il comporte un "outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine", a annoncé, lundi 25 mai, le gouvernement.

Ce film, qui n'est pas encore sorti en salles, traite du problème de la prostitution au Maroc à travers les portraits de plusieurs femmes. La publication d'extraits ces derniers jours a entraîné de vives réactions dans le royaume à l'encontre du réalisateur marocain et de son actrice principale, Loubna Abidar.

Much Loved : la bande-annonce

Lundi soir, le gouvernement, emmené par les islamistes du parti Justice et développement (PJD), a annoncé que "Much Loved" ne serait pas autorisé. "Les autorités marocaines compétentes ont décidé de ne pas autoriser (sa) projection", indique ainsi le ministère de la Communication dans un communiqué.

Selon la même source, une équipe du Centre cinématographique marocain (CCM), instance chargée de délivrer les visas d'exploitation, "a regardé le film lors de sa projection dans le cadre d'un festival international", une allusion manifeste au récent Festival de Cannes. "Il comporte un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l'image du royaume", avance le texte, cité par l'agence MAP.

Ce film "nuit directement à Marrakech et à ses femmes"

Preuve de la vive controverse, une association marocaine a affirmé lundi avoir décidé de porter plainte "à la fois contre Nabil Ayouch, Loubna Abidar et tous ceux qui ont contribué au film". Celui-ci "nuit directement à Marrakech [où il se déroule, NDLR] et à ses femmes et, plus généralement, au Maroc", affirme le président de l'Association marocaine de défense des citoyens (AMDC), Moustapha Hassnaoui, au site TelQuel.ma.

Nabil Ayouch, notamment connu pour "Les chevaux de Dieu" (2012), qui retrace les parcours des 12 kamikazes des attentats de Casablanca du 16 mai 2003, a défendu à plusieurs reprises sa démarche artistique.

"La prostitution est autour de nous et au lieu de refuser de la voir, il faut essayer de comprendre comment des femmes qui ont eu un parcours difficile ont pu en arriver là", a-t-il récemment expliqué.

Le réalisateur franco-marocain a indiqué avoir rencontré entre 200 et 300 jeunes femmes qui sont, ou ont été, des prostituées avant de faire ce film.

Avec AFP

Première publication : 26/05/2015

  • MAROC

    Vidéo : le débat sur la légalisation de l'avortement agite le Maroc

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    Grande Guerre : la Division marocaine qui n'avait de marocaine que le nom

    En savoir plus

  • MAROC

    Amnesty International s’attaque (encore) au tabou de la torture au Maroc et au Sahara occidental

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)