Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 08/06/2015

Vidéo : en Ukraine, une drôle de guerre à Marioupol

© France 24

Depuis le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine, Marioupol a déjà repoussé trois offensives des séparatistes pro-russes. Avec les accords de Minsk conclus en février dernier et l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, la ligne de front s’est figée à une dizaine de kilomètres de la ville. Pour autant, ce n’est pas non plus la paix à Marioupol. Chaque nuit, des combats ont lieu à la périphérie de la ville. Un entre-deux. Une drôle de guerre. Nos reporters se sont rendus sur place.

Marioupol est un verrou ukrainien entre la Russie, les républiques séparatistes et la Crimée, annexée par la Russie. Une cité portuaire et industrielle stratégique, au bord de la mer d’Azov.

Victor Otcherpek travaille pour le combinat Mettinvest, qui appartient à l’oligarque Rinat Akhmetov. Deux gigantesques usines métallurgiques, à portée de canon des séparatistes pro-russes. "Ici, on travaille pour que l’Ukraine vive !", clame fièrement Viktor. Le combinat emploie 35 000 ouvriers et les hauts-fourneaux n’ont jamais cessé leur activité, malgré la proximité de la ligne de front, à une dizaine de kilomètres.

Les combats se déroulent en bord de mer, dans l’ancienne station balnéaire de Shirokine. À tout moment, Marioupol s’attend à un nouvel assaut. Une dizaine de ligne de défense successives ont été dressées, des dizaines de kilomètres de tranchés creusées.

Sacha défend l’une d’elle. Mais son ami d’enfance se trouve de l’autre coté des tranchées, du côté des séparatistes. "La dernière fois que nous nous sommes parlés au téléphone, on s’est dit : 'Qu’est-ce qu’on fait si on se voit dans les viseurs ?' Lui et moi avons convenu que la question ne se posait plus, qu'on allait tirer", confesse- t-il, l'air triste.

Igor, un vieux soldat, renchérit : "Mes anciens frères d’arme m’ont appelé le 9 mai [pour le 70e anniversaire de la victoire de la  Russie sur l'Allemagne nazie]. Ils m’ont dit : ‘Viens, on va boire de la vodka ensemble, on va échanger des otages et le soir chacun retournera dans sa tranchée’". Igor est un vétéran d’Afghanistan et de Tchétchénie. Il a aussi été mercenaire en Afrique. À plus de 60 ans, il vient de se marier et combat pour la première fois pour ses idées. "C’est la plus dure des guerres", lâche-t-il. Et le 9 mai, Igor est resté dans les tranchées ukrainiennes.

À Marioupol, un réseau de volontaires s’est formé pour soutenir les troupes sur le front et les civils dans la ville. Afina, elle, a décidé de porter assistance aux victimes de la dernière offensive, en janvier dernier. Un quartier à l’est de la ville a subi un bombardement séparatiste et une salve de roquette a tué 31 personnes. "Notre association a décidé de remettre des vitres aux fenêtres des immeubles endommagés", explique Afina, qui déplore : "Cela devrait être le travail de la municipalité". Mais dans l’Ukraine post-Maïdan, peu ont confiance dans le travail des autorités et l’association d’Afina souhaite contrôler la façon dont le budget municipal est dépensé. Elle estime que les habitants devraient être consultés sur les priorités à financer.

Viktoria, 49 ans, est une autre volontaire. Treillis militaire et sac à main en bandoulière, elle n’a guère confiance dans la police locale. Il y a un an, cette ancienne militante pro-Kiev a été violemment battue par les séparatistes quand ils ont brièvement investi la ville. De militante pacifiste, elle est devenue combattante. Viktoria a monté son propre groupe d’auto-défense, qui compte près de 80 miliciens armés et sa troupe a été intégrée à la jeune garde nationale ukrainienne. "Notre mission, c'est de nous occuper du front intérieur". Viktoria fait la police en ville et traque les sympathisants pro-russes.

Car la ville compte toujours des habitants dont le cœur appartient à la Russie. "On peut les reconnaître au regard", dit-elle, sans plus de précision. "Avec la police, nous nous sommes reparti les quartiers : à chacun sa zone. Dans nos quartiers l’ordre règne, les habitants peuvent dormir tranquilles", se réjouit-elle.

Sur la jetée du port de Marioupol, les hommes pèchent au son du canon, imperturbables. Face à eux pourtant, par-delà la baie, on perçoit le bruit des combats . "La guerre, ça  fait fuir le poisson", grogne Vassili. Comme tous les habitants de Marioupol, cet entrepreneur ne sait pas ce qu'apportera l'été : la fin de la guerre... ou l'offensive tant redoutée.

Par Johan BODIN , Robert PARSONS

COMMENTAIRE(S)

Les archives

16/11/2017 Moyen-Orient

De Téhéran à Najaf, avec des pèlerins chiites qui bravent tous les dangers

C'est l'un des pèlerinages les plus dangereux du monde. Chaque année, malgré la présence de l'organisation État islamique (EI) qui les honnit, des millions de chiites se rendent...

En savoir plus

09/11/2017 Textile

Fripes-business : au cœur du circuit international des vêtements usagés

Nos reporters se sont intéressés au devenir des vêtements rejetés par les Occidentaux. Pendant plusieurs mois, ils ont suivi le circuit des vêtements usagés, de la collecte...

En savoir plus

11/10/2017 EUROPE

Les fantômes de 1917 hantent toujours la Russie de Poutine

Que reste-il de la révolution de 1917 en Russie ? Alors que le centenaire de cet évènement, qui a bouleversé l’ordre mondial et donné naissance à l’URSS, embarrasse le Kremlin,...

En savoir plus

03/11/2017 Asie - pacifique

Reportage exclusif : Rohingya, le déni birman

En Birmanie, le nord de l'État d'Arakan est une zone coupée du monde. Ces dernières semaines, les violences qui s’y déroulent ont poussé des centaines de milliers de Rohingya à...

En savoir plus

27/10/2017 Moyen-Orient

Vidéo : à Mossoul-Ouest, en Irak, histoire d'une frappe meurtrière

Depuis trois ans, la coalition antijihadiste appuie avec des frappes aériennes les troupes irakiennes dans la reconquête de leur territoire. Mais des voix commencent à s’élever...

En savoir plus