Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, un nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel : la parole se libère sur la toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

Culture

Le saxophoniste américain de légende Ornette Coleman est mort

© Robert Vos, ANP/AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/06/2015

Le légendaire saxophoniste et compositeur de jazz américain Ornette Coleman, précurseur du free jazz, est décédé jeudi à New York, à l'âge de 85 ans.

Le légendaire saxophoniste et compositeur de jazz américain Ornette Coleman, qui a été un précurseur du free jazz, est décédé jeudi 11 juin à l'âge de 85 ans, a indiqué à l'AFP son agent Ken Weinstein.

Coleman était né et a vécu au Texas (sud) mais il est mort à New York, où il a fait l'essentiel de sa carrière. Connu surtout comme saxophoniste alto, Coleman rejetait les notions traditionnelles d'accords et se lançait à la place dans des solos que ses détracteurs considéraient comme chaotiques, mais qui sont devenus un courant dominant du jazz et du rock.

"Le jazz devrait exprimer davantage de sentiments que ce qu'il a fait jusqu'à présent", déclarait-il, jugeant les accords pas naturels. Pour le musicien auto-dictate, le jazz devrait être une forme de communication humaine.

La surprise "The Shape of jazz to come"

La rupture est venue avec "The shape of jazz to come", qui a surpris le monde du jazz, y compris Miles Davis, à cause de son manque d'harmonie, de l'absence de guitare ou de piano pour l'accompagner. Cet album comprend la chanson pleine de passion "Lonely Woman", écrite par Coleman, à propos d'une cliente de la haute société qu'il avait remarquée quand il travaillait dans un magasin à Los Angeles, et qui est devenue un standard du jazz.

La même année, il sort l'album "The change of the century", enregistré en Californie plutôt que dans une capitale établie du jazz. Mais alors que son étoile commence à briller, il se retire temporairement de la scène musicale en 1962. Il revient en apprenant à jouer de la trompette et du violon, avec la même innovation musicale qui l'accompagnera toute sa vie.

Dans les années 1990, il s'inspire de l'Inde, et crée un morceau pour la Philarmonique de New York avec des joueurs de tabla, des musiciens jazz et classiques.

Touché par l'oppression des Noirs dans le sud du pays, il s'est senti cependant parfois comme un étranger, considéré comme trop mou sur la question raciale par les artistes noirs de Los Angeles.

Avec AFP

Première publication : 11/06/2015

  • MUSIQUE

    Disparition du pianiste Dave Brubeck, salué comme ambassadeur mondial du jazz

    En savoir plus

  • EXPOSITION

    Django Reinhardt, inventeur du "jazz sur cordes" qui a conquis l'Amérique

    En savoir plus

  • DÉCÈS

    La chanteuse de jazz Etta James s'éteint à l'âge de 73 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)