Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : en Angola, les "raptivistes" investissent le champ politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les bonnes fréquences de "120 battements par minute"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quel statut pour les travailleurs détachés?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Lettre à un jeune Marocain"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hollande à Macron : "Attention..."

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Samuel L. Jackson et Magic Johnson pris pour des migrants

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nouveau gouvernement au Gabon : deux membres de l'opposition font leur entrée

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle stratégie pour les États-Unis en Afghanistan ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Quelle stratégie pour les États-Unis en Afghanistan ? (partie 1)

En savoir plus

Afrique

Omar el-Béchir, l'autocrate soudanais qui défie la justice internationale

© Capture d'écran | Omar El-Béchir accueilli en héros à son retour à Khartoum, le 15 juin 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/06/2015

Le président soudanais Omar el-Béchir est parvenu à repartir lundi d'Afrique du Sud, alors qu'un tribunal avait demandé aux autorités de l'empêcher de quitter le territoire. Retour sur le parcours de cet autocrate qui défie la justice internationale.

Au pouvoir depuis 25 ans au Soudan, Omar el-Béchir a réussi à échapper à la justice internationale. Interdit provisoirement dimanche de quitter l'Afrique du Sud, alors qu'il participait au sommet de l'Union africaine, l’autocrate est parvenu à prendre un avion, lundi 15 juin, pour regagner le Soudan. Un tribunal sud-africain avait pourtant enjoint les autorités à ne pas le laisser quitter le pays tant que la justice n'a pas statué sur une demande d'arrestation formulée par la Cour pénale internationale (CPI).

El-Béchir regagne le Soudan

La CPI, qui le traque depuis 2009, a lancé contre lui deux mandats d'arrêt. Le premier pour crimes de guerre et contre l'humanité au Darfour, une région de l'ouest soudanais ravagée par les violences, le second en 2010, pour génocide.

Coup d’État et islam radical

Âgé de 71 ans et militaire de carrière, Omar el-Béchir a, depuis, organisé ses déplacements à l'étranger avec une grande méfiance et n’avait jamais été inquiété jusque-là. Avant d'aller en Afrique du Sud, le président soudanais s'était rendu dans au moins quatre pays signataires du traité de Rome, le traité fondateur de la CPI : la République démocratique du Congo, le Nigeria, le Malawi et Djibouti. Plus récemment, il était aussi allé en Arabie saoudite et en Égypte, non signataires du traité de Rome.

Omar el-Béchir est né le 1er janvier 1944 dans une famille rurale de Hosh Bannaga, à une centaine de kilomètres au nord de Khartoum. Le 30 juin 1989, le général El-Béchir, accompagné d’un groupe d'officiers, renverse le gouvernement démocratiquement élu de Sadek al-Mahdi. Son coup d'État est appuyé par le Front islamique national, le parti de son mentor Hassan al-Tourabi, devenu aujourd'hui l'un de ses plus farouches opposants. C’est sous l’influence de cet islamiste qu’il oriente alors le Soudan - pays morcelé en une pléthore de tribus et alors divisé entre le nord majoritairement musulman et le sud peuplé de chrétiens - vers un islam radical.

Le Soudan au ban des nations

Khartoum devient dès lors la plaque tournante de l'internationale islamiste, en accueillant de nombreux jihadistes ayant combattu en Afghanistan. Du terroriste Carlos au chef d'Al-Qaïda, Oussama ben Laden, les invités de marque d’Omar el-Béchir se caractérisent par leur haine du monde occidental. En réaction, Washington impose au pays depuis 1997 un embargo qui stérilise l’économie soudanaise.

Les relations entre "Béchir le militaire" et "Tourabi l'islamiste" se gâtent à la fin des années 1990, lorsque le premier tente de se démarquer de l'islamisme radical prôné par son mentor. En 2003, une rébellion dans l'ouest du Darfour est combattue par les forces armées et des milices alliées du pouvoir. Ce conflit, qui a fait plus de 300 000 morts et plus de 2 millions de déplacés, selon les Nations unies, lui vaut les poursuites de la CPI.

En 2005, le président polygame se décide à signer l'accord de paix avec les rebelles du Sud, qui ouvre la voie à un référendum sur l'indépendance de cette région majoritairement chrétienne, où sont concentrées les réserves pétrolières du pays. Celle-ci deviendra en 2011 l'État du Soudan du Sud.

En 2014, il annonce l'ouverture d'un dialogue national pour résoudre les conflits qui font rage dans les régions du Kordofan du Sud, du Nil Bleu et du Darfour, mais les discussions n'ont toujours pas commencé. Après avoir consolidé son pouvoir à coups de réformes pour en assuré la longévité, il est réélu pour 5 ans, fin avril, avec plus de 94 % des votes, lors d'un scrutin stalinien boycotté par l'opposition.

Avec AFP

 

Première publication : 15/06/2015

  • AFRIQUE DU SUD

    Après la demande d'arrestation de la CPI, Pretoria interdit à El-Béchir de quitter le pays

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE

    Sans surprise, Omar el-Béchir réelu à la tête du Soudan

    En savoir plus

  • SOUDAN

    La CPI suspend son enquête au Darfour, Omar el-Béchir crie victoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)