Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

EUROPE

Le pape François appelle à une prise de conscience écologique

© Alberto Pizzoli, AFP | Le pape François a affirmé que son encyclique sur l'écologie s'adressait à tous, catholiques ou non.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 18/06/2015

Le pape François publie jeudi une encyclique entièrement consacrée à l'écologie, à six mois de la conférence climatique de Paris. Il appelle le monde à une prise de conscience pour les générations futures et à une meilleure répartition des richesses.

Le pape François publie jeudi 18 juin une encyclique portant sur la protection de l’environnement. Même si ses prédécesseurs se sont déjà penchés sur la question, c’est la première fois qu’un pape y consacre une encyclique, un geste à fort, sur un sujet où on ne l’attendait pas. Le texte arrive de surcroît à un moment très opportun : à six mois de la conférence climatique de Paris.

Le document de 192 pages est intitulé "Laudato Si" (Loué sois-tu), en référence aux Cantique des créatures, une prière que saint François d’Assise, dont le pape a choisi de porter le nom, avait consacrée à la nature. Ce saint, qui prônait le respect de la création divine, est d’ailleurs considéré comme le patron des écologistes.

Sous embargo jusqu’à jeudi, l’écrit pontifical a été révélé en substance lundi par l'hebdomadaire italien "L'Espresso". Le souverain pontife y met l'accent sur le risque de destruction d'écosystèmes entiers en l'absence d'une action urgente sur le climat. "Si la tendance actuelle se poursuit, ce siècle pourrait connaître des changements climatiques et des destructions d'écosystèmes sans précédent qui auront de graves conséquences pour nous tous", déclarait le pape dans la version relayée par les médias.

Tâtonnements de l’Église sur les questions d’écologie

Le souverain pontife apporte une nouvelle fois son soutien aux scientifiques qui affirment que le réchauffement de la planète est principalement dû aux activités humaines. Fidèle à son habitude, le pape prend également le parti des plus pauvres, estimant ainsi que les pays développés ont une responsabilité particulière dans l’état de la pollution de la planète qui affectera surtout les personnes les plus démunies. "La consommation énorme dans certains pays riches a des répercussions dans certains des endroits les plus pauvres de la Terre", écrit ainsi le pape, qui appelle une nouvelle fois les pays riches à revoir leur mode de vie qui conduit au gaspillage.

Ce n’est toutefois pas la première fois que l’Église s’intéresse à l’écologie. "Les premiers à se pencher sur la question étaient les jésuites dans les années 1970, peu après le rapport du Club de Rome [un groupe de réflexion sur les méfaits de la croissance qui interroge les notions de développement durable et d’empreinte écologique]", rappelle Odon Vallet, historien des religions, joint par France 24. Il souligne que le pape François est un jésuite, un ordre présent dans le monde entier et connu pour être à la pointe de la modernité.

Paul VI, Jean Paul II et Benoit XVI ont déjà évoqué la question dans des écrits et inscrivent l’écologie dans la doctrine sociale de l’Église en interrogeant les rapports de l’homme à son environnement. "La domination accordée par le Créateur à l’homme n’est pas un pouvoir absolu, et l’on ne peut parler de liberté d’user et d’abuser ou de disposer des choses comme on l’entend", affirmait Jean Paul II en 1987. Benoit XVI a même fait installer des panneaux solaires sur le palais pontifical.

Des prises de positions qui restent "minoritaires", selon Odon Vallet, et qui laissent toutefois entrevoir une certaine frilosité vis-à-vis de la question de la préservation de l’environnement, et ce pour plusieurs raisons. "Il y a toujours eu la crainte que l’écologie ne conduise à diviniser la nature, ou la terre qui dans le paganisme est une divinité nommé Gaïa, observe le vaticaniste. L’Église catholique appelle à respecter la nature, mais cette dernière est créée et non pas créatrice."

Au-delà de l’environnement, la défense de la vie

Les catholiques se souviennent aussi de la Genèse, premier livre de la Bible, qui relate la création du monde. "Soyez féconds, multipliez-vous, emplissez la Terre et soumettez-la", y intime Dieu à Adam et Eve. Une conception peu écologique du rapport de l’homme à la Nature. Même si ensuite, il leur ordonne de "cultiver et garder" le jardin d’Eden, on retrouve là l'idée de transmission aux générations futures.

Ce message ambivalent se heurte à une préoccupation majeure de l’Église : la défense de la vie. "Le Vatican a toujours été contre la contraception, or on sait que la pression démographique nuit à l’environnement", rappelle Odon Vallet. Dans l’encyclique "Laudato Si", le pape François ne manque d’ailleurs pas de rejeter l'idée d'un contrôle de la croissance démographique mondiale comme solution à la crise écologique. À cela il oppose l’argument d’une meilleur répartition des richesses avec les pays les plus pauvres, qui passe notamment par la lutte contre le gaspillage.

La nouvelle encyclique du pape porte ainsi sur "l'écologie humaine", thème qui, au-delà de la seule défense de la nature, aborde la manière dont la société défend la vie et gère la création de Dieu. "Quand on ne reconnaît pas, dans la réalité même, la valeur d’un pauvre, d’un embryon humain, d’une personne en situation de handicap (…), on écoutera difficilement les cris de la nature elle-même. Tout est lié", pouvait-on encore lire dans les pages du texte diffusées par le quotidien "L'Espresso".
 

Première publication : 17/06/2015

  • RELIGION

    Pédophilie : le pape crée une instance pour juger les évêques fautifs

    En savoir plus

  • PALESTINE

    Pour la première fois, le Vatican reconnaît officiellement l’État palestinien

    En savoir plus

  • VATICAN

    Le pape François canonise deux religieuses palestiniennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)