Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

FRANCE

Grande Guerre : La Somme déjà dans les préparatifs du centenaire de 1916

© Stéphanie Trouillard, France 24 | Le Mémorial de Thiepval, en rénovation, le 1er juillet 2015, à un an du centenaire.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 07/06/2016

Le 1er juillet 1916 est la journée la plus meurtrière de l'histoire britannique. Chaque année, ils sont nombreux à rendre hommage aux soldats tombés dans la Somme. Une affluence record est attendue pour le centenaire en 2016.

À 11 h du matin, en ce 1er juillet, le thermomètre frôle déjà les 30°C dans la campagne de la Somme. Les parapluies sont de sortie pour tenter de se protéger tant bien que mal du soleil. Au pied de l’imposant Mémorial de Thiepval, qui regroupe les noms de plus de 72 000 soldats britanniques disparus durant la Première Guerre mondiale, beaucoup ont choisi de s’abriter sous les arbres. Malgré la chaleur étouffante, Laura Murray, une jeune Nord-Irlandaise, a tenu à faire le déplacement pour cette cérémonie annuelle en hommage aux morts de la bataille de la Somme : "J’ai toujours voulu venir ici. Je suis vraiment intéressée par cette période. C’est vraiment important d’être ici pour ceux qui ont été tués et aussi ceux qui ont eu la chance de rentrer. Il faut se souvenir d’eux."

Chaque année, des centaines de Britanniques viennent se recueillir en souvenir du 1er juillet 1916, date du déclenchement de l’une des batailles les plus meurtrières de l’histoire. En une seule journée, les forces de l’empire ont perdu près de 20 000 hommes. "Je pense que nous devons prendre le temps une fois par an de nous souvenir du sacrifice de ces hommes", explique ainsi Andrew Mackinlay, un ancien député anglais qui a fait le voyage avec sa femme.

>> À lire sur France 24 : "Joe Sacco retrace l'enfer de la Somme en BD"

Une cérémonie conjointe franco-britannique

L’an prochain, pour le 100e anniversaire de cette journée sanglante, ce sont des milliers de personnes qui sont attendues sur ce petit bout de Picardie. La présence de la reine d’Angleterre est même annoncée au Mémorial de Thiepval. "On attend entre 50 000 et 100 000 demandes côté britannique pour assister à cette cérémonie", estime ainsi Joseph Zimet, directeur général de la Mission du centenaire. Problème. Il n’y aura bien entendu pas assez de places pour satisfaire tout le monde. Depuis quelques semaines, des élus locaux français ont d’ailleurs fait part de leur mécontentement, estimant ne pas avoir assez de sièges réservés lors de cet événement organisé conjointement par les deux pays.

En visite officielle dans la Somme pour ce 99e anniversaire, le secrétaire d’État aux Anciens combattants et à la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, a voulu couper court à ce début de polémique. "Il n’y a pas de blocage côté britannique, insiste-il. À Thiepval, il y aura 10 000 places, 2 000 sont déjà réservées aux invitations. Sur les 8 000 restantes, nous voulons que 2 000 soient pour les Français et le reste pour les Britanniques. Il y a un accord global entre nous."

Retrouver la mémoire de la bataille de la Somme

Même s’il s’agit d’une date clé pour le Royaume-Uni, les autorités françaises veulent ainsi tenir une part importante dans ces commémorations. Un comité ministériel a été mis en place depuis février 2015 entre les différents pays concernés. Pour Joseph Zimet, il s’agit de faire sortir de l’ombre tout un pan de l’histoire de la Grande Guerre côté tricolore et de ne pas axer seulement l’année 2016 sur le centenaire de Verdun : "On ne va pas se mentir, Verdun est le cœur du roman national français. C’est quelque chose de très puissant, car tous les régiments français y ont défilé, ce qui n’est pas le cas de la Somme. Mais l’objectif est bien de rappeler que les Français ont aussi été présents lors de cette bataille."

Le 1er juillet 1916, c’est en effet une offensive franco-britannique qui a eu lieu, la première opération conjointe de leur histoire. Au matin, une dizaine de divisions françaises se sont également lancées dans la bataille. "Les pertes françaises représentent un tiers des pertes totales des Alliés (soit environ 200 000 morts et blessés entre juillet et novembre 1916 dans la Somme, NDLR), rappelle ainsi Jean-Marc Todeschini. Il est important pour nous de commémorer aussi nos soldats."

Pour déterminer qui obtiendra les précieux sésames pour cette cérémonie du souvenir, la Mission centenaire et les autorités d'outre-Manche ont annoncé ce même jour la mise en place d’une loterie. Les personnes souhaitant participer au 1er juillet 2016 doivent s’inscrire sur le site http://somme2016.org/ et espérer être tiré au sort. Andrew Mackinlay tentera lui aussi peut-être sa chance pour cette grande journée. "Cela va être vraiment important l’an prochain pour le Royaume-Uni, assure-t-il. Pour nous, la Première Guerre mondiale fait vraiment partie de notre ADN."

Première publication : 01/07/2015

  • CENTENAIRE 14-18

    Roland Garros, ce héros de l’aviation que l'on prend pour un champion de tennis

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    Grande Guerre dans le Nord : "Ils ont vécu dans les caves avec les Allemands"

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    Première Guerre mondiale : des photos inédites du front exposées au centre Lens' 14-18

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)