Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

Asie - pacifique

Solar impulse 2 s’est posé à Hawaï après 5 jours et 5 nuits de vol

© Eugene Tanner, AFP | Solar impulse 2 s'est posé vendredi 3 juillet à l'aéroport de Kalaeloa.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/07/2015

L’avion Solar impulse 2 est arrivé vendredi à Hawaï après une traversée de l’océan Pacifique de près de 8 200 kilomètres en 120 heures. Son pilote, André Borschberg, entre dans la légende de l’aviation.

"Il l’a fait !" Après 120 heures de vol et une traversée de l’océan Pacifique de près de 8 200 kilomètres, l'homme d'affaires et pilote suisse, André Borschberg, a atterri, vendredi 3 juillet, à Hawaï, avec l’avion solaire Solar impulse 2.

L'avion expérimental s'est posé comme prévu à l'aéroport Kalaeloa, sur l'île principale de Oahu, à environ 30 kilomètres à l'ouest d'Honololu.

Avec près de 120 heures de vol, André Borschberg a largement battu le précédent record mondial de vol en solitaire établi en 2006 par Steve Fossett, qui avait volé pendant 76 heures et 45 minutes (un peu plus de trois jours).

>> À voir sur France 24 : "Le pilote de Solar Impulse répond en vol aux questions de France 24"

"C'est vraiment un moment incroyable. Nous avons aperçu André il y a cinq minutes. Vous imaginez d'où il arrive ? Du Japon !", avait indiqué Bertrand Piccard, le second pilote de l'appareil, deux heures avant l'arrivée. "Cinq jours et cinq nuits dans les airs", a-t-il relevé, très ému.

"Il est là, à quelques centaines de mètres au-dessus de la mer. C'est absolument fantastique", a-t-il poursuivi. "Il a volé aussi longtemps sans absolument aucun carburant. [...] C'est quelque chose d'historique".

Des images en direct de l'appareil diffusées sur le site internet de l'expédition ont permis de suivre dans le monde entier les dernières heures d'approche sur Hawaï. Celle-ci se faisant de nuit, seuls les phares de l'avion ont dessiné sa longue silhouette jusqu'aux premiers rayons du Soleil.

Bertrand Piccard prendra les commandes pour la prochaine escale qui devrait relier l'archipel d'Hawaï à Phoenix, en Arizona (sud-ouest des États-Unis). Mais la destination n'est pas arrêtée définitivement, a précisé un organisateur.

L'avion, qui avait aussi dû patienter auparavant un mois en Chine, était parti le 9 mars d'Abou Dhabi pour un tour du monde, le premier d'un avion propulsé par l'énergie solaire, de 35 000 kilomètres destiné à promouvoir l'usage des énergies renouvelables.

>> À lire sur France 24 : "L'avion Solar Impulse 2 décolle pour une traversée historique du Pacifique"

Yoga et auto-hypnose

L'avion, dont les ailes sont couvertes de cellules photovoltaïques, charge ses batteries la journée et marche à l'énergie électrique accumulée la nuit.

André Borschberg était seul dans la cabine non pressurisée de 3,8 m3. Volant à des altitudes allant jusqu'à 9 000 mètres, il a utilisé des bouteilles d'oxygène pour respirer, et a subi de grandes variations de températures lors d'une même journée.

Le pilote s'était minutieusement préparé à cette épreuve d'endurance, de même que Bertrand Piccard qui vole en alternance sur le Solar Impulse. Ce psychiatre, qui vient d'une famille d'explorateurs, a déjà réalisé le premier tour du monde en ballon sans escale.

"Le but est de se sentir à l'aise pour être capable d'accepter mentalement, et même d'aimer, être dans ce cockpit durant une période aussi longue", a raconté André Borschberg.

"J'utilise des techniques de yoga et de méditation, et mon partenaire d'auto-hypnose, pour nous détendre", a-t-il précisé.

Avec AFP
 

Première publication : 03/07/2015

  • COMMERCE

    Énergie solaire : Bruxelles engage le fer, Pékin contre-attaque

    En savoir plus

  • SCIENCES

    L'avion solaire Solar Impulse se dirige vers Madrid

    En savoir plus

  • CRASH DE GERMANWINGS

    Crash de l'A320 : l’Europe tentée de ne plus laisser un pilote seul dans le cockpit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)