Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Des policiers israéliens entrent dans Al-Aqsa, heurts avec les Palestiniens

© Archives AFP | La mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem-Est, est le troisième lieu saint de l'islam.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/07/2015

Des membres de la police israélienne ont pénétré, dimanche, dans la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem-Est, afin d'y déloger des "émeutiers" palestiniens. Dans la nuit, des heurts ont été déclenchés par la venue de milliers de juifs dans la Vieille ville.

Des policiers israéliens sont entrés, dimanche 26 juillet, dans la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est, occupée et annexée, pour déloger des Palestiniens qui s'y sont barricadés, a annoncé la police. Il est extrêmement rare que des policiers israéliens pénètrent à l'intérieur de cette mosquée, le troisième lieu saint de l'islam.

L'esplanade des mosquées, que les juifs appellent le Mont du Temple et considèrent comme leur premier lieu saint, est régie par un statu quo hérité du conflit de 1967 qui veut que si juifs et musulmans peuvent se rendre sur le site sacré qui surplombe l'ultra-touristique Vieille ville de Jérusalem, les juifs n'ont pas le droit d'y prier.

Les heurts ont été déclenchés par la venue dans la nuit de samedi à dimanche de milliers de juifs dans la Vieille ville. Si la grande majorité s'est rendue au Mur des Lamentations, certains ultra-orthodoxes auraient tenté de prier aux abords de l'esplanade des mosquées.

Heurts entre la police isarélienne et Palestiniens à Al-Aqsa

"Émeutiers masqués"

Des échauffourées ont eu lieu dans la nuit et le matin. Selon un communiqué de la police, ce sont "des émeutiers masqués", des musulmans barricadés dans la mosquée, qui "ont commencé à jeter des pierres et des projectiles de l'intérieur de la mosquée en direction des policiers, dont certains ont été blessés". "Pour prévenir une escalade et des heurts, la police est entrée quelques mètres dans l'édifice et a fermé les portes de la mosquée afin de rétablir l'ordre", est-il ajouté.

Des photos diffusées par la police ont montré les portes en bois du lieu de culte arrachées, des tapis déchirés ainsi que des pierres jonchant le sol.

Photo publiée sur le compte Twitter de la police israélienne

Dans la nuit de samedi à dimanche, les juifs ont entamé les commémorations de Tisha B'av, qui marque dans leur calendrier la destruction des deux temples qui se trouvaient sur l'esplanade (le Mur des Lamentations en contrebas des mosquées en est le dernier vestige).

Des heurts similaires avaient eu lieu en novembre 2014, et l'État hébreu avait alors pris la décision rarissime de fermer l'esplanade des mosquées, provoquant une crise diplomatique avec la Jordanie, garante du lieu saint.

Amman avait rappelé son ambassadeur durant trois mois, et Palestiniens, Jordaniens ainsi qu'une partie de la communauté internationale avaient mis en garde contre une modification du statu quo qui pourrait embraser la région, alors que Jérusalem était en proie à une spirale de violences et d'attentats.

Avec AFP

Première publication : 26/07/2015

  • ISRAËL

    Des suspects juifs arrêtés pour l'incendie d'une église emblématique en Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)