Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

FRANCE

La mort difficile à vérifier d'Omar Diaby, recruteur de jihadistes français

© Capture d'écran YouTube | Omar "Omsen" Diaby, dans une des vidéos postées sur son compte YouTube.

Texte par Valentin GRAFF

Dernière modification : 10/08/2015

La mort d'Omar Diaby, alias Omar Omsen, recruteur de jihadistes français, a été annoncée sur les réseaux sociaux. Cette information, qui est en cours de vérification par le gouvernement, est un processus long et difficile, voire impossible.

Omar Diaby, alias Omar Omsen, considéré comme un grand recruteur de jeunes jihadistes français, est-il mort ? Selon des tweets de spécialistes des questions islamistes et des proches vivant en Syrie, cités samedi 8 août par différents médias, ce Niçois serait mort en Syrie des suites de ses blessures lors d'un repérage avant une attaque contre le régime syrien.

De telles annonces sont fréquentes et difficiles à vérifier. Ainsi, la mort du français David Drugeon, jeune converti ayant rejoint les rangs d'Al-Qaïda en Afghanistan puis en Syrie, avait été jugée probable en novembre 2014, lors d'un raid de drone américain, avant d'être infirmée.

>> À lire sur France 24 : "En Syrie et en Irak, les Français jihadistes toujours plus nombreux et actifs"

Les autorités françaises tentent donc de tirer au clair l'information sur la mort de Diaby. "Des vérifications sont en cours, qui ne sont pas faites uniquement par mes services", a indiqué, lundi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, en précisant que cet homme est considéré comme un "recruteur très important" de jeunes jihadistes français.

Omar Diaby, né en 1976 à Dakar, au Sénégal, puis arrivé en France à l’âge de sept ans, a grandi dans un quartier réputé sensible de Nice. En 1995, il plonge pour la première fois, condamné pour tentative de meurtre. Il retournera en prison à plusieurs reprises. Puis, lors d'un séjour derrière les barreaux, suite à plusieurs braquages, entre 2002 et 2003, il est confronté à l’islam radical, qu’il embrasse en même temps que le nom de "frère Omsen".

Entre 2005 et 2012, il alterne prêches dans les quartiers, incitation au jihad et combines pour lesquelles il est recherché. Fin 2011, c’est lors de son arrestation pour vol et recel en bande organisée que l’antiterrorisme réalise qu’il s’apprêtait à rejoindre la Tunisie, d’où il comptait passer en Libye puis en Afghanistan. En 2012, il se réfugie au Sénégal. C’est de là qu’il rejoint enfin la Syrie où il retrouve, selon les experts, une centaine de jeunes qu'il a embrigadés.

Impossible d’infiltrer des agents

Les vérifications menées par les autorités françaises pour confirmer ces informations sont complexes, dans une zone sur laquelle les services de renseignement occidentaux n’ont quasiment pas prise. "Infiltrer des agents qui pourraient nous contacter pour nous dire 'il est vivant, je l'ai vu' : c'est impossible, trop dangereux", explique à l’AFP un ancien chef d'un service de renseignement qui requiert l'anonymat.

>> À lire sur France 24 : "Kévin Chassin, jihadiste français devenu kamikaze de l'EI"

Or, pour confirmer la mort de Diaby, "il faudrait pouvoir collecter de l'ADN ou recouper des témoignages fiables. Mais dans ce genre de cas on ne les a pas. Et on ne les aura pas", explique à l’AFP Alain Chouet, ancien haut responsable à la DGSE. Pour lui, qui estime que "l'EI commence à perdre pied sur le plan militaire", les jihadistes pourraient chercher à disparaître en faisant annoncer leur mort par des "copains".

Impossible de savoir si ce cas de figure s’applique à Omar Diaby ou si ses "proches" cités notamment par David Thompson, journaliste de RFI spécialiste des réseaux jihadistes, sont sincères en affirmant que "frère Omsen" est bien mort.

Avec AFP

Première publication : 10/08/2015

  • FRANCE

    Départ d'un mineur pour le jihad : la plainte d'une mère contre l'État déboutée

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Jihadistes français en Syrie : "Pas de phénomène de masse"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Mickaël Dos Santos nie être sur la vidéo de décapitation de l'EI

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)