Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

Amériques

Dix ans après Katrina, une reconstruction à deux vitesses à La Nouvelle-Orléans

© MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Vue du Superdome où des milliers d'habitants de la Nouvelle-Orléans, à majorité noire, avaient trouvé refuge lors du passage de Katrina

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/08/2015

Dix ans après le passage de l’ouragan Katrina, le président Obama se rend jeudi à La Nouvelle-Orléans pour saluer son "renouveau". Mais si l'ensemble de la ville a été reconstruite, les quartiers noirs, eux, peinent toujours à se relever.

Il y a dix ans, le 29 août 2005, l’ouragan Katrina, de force 5, frappait la côté sud des États-Unis, le Golfe du Mexique, et plus précisément La Nouvelle-Orléans, en partie construite sous le niveau de la mer. En quelques heures, la ville sombre dans le chaos.

À la suite d'une rupture de digue, des quartiers entiers avaient été inondés. La situation était particulièrement dramatique dans le Lower Ninth Ward, le quartier le plus pauvre de la ville, construit dans une cuvette et peuplé essentiellement de Noirs. Au total, plus de 1 800 personnes perdront la vie aux États-Unis.

Rétablir les lignes hautes tensions dans les quartiers pauvres

Jeudi 27 août, le président Barack Obama, en déplacement dans la ville, doit saluer la "renaissance" de Big Easy (le surnom de La Nouvelle-Orléans). Le chef de l'État américain devrait également se rendre dans ces quartiers noirs qui avaient été dévastés et qui restent aujourd’hui en marge de la reconstruction générale de la ville. Dans ces zones en effet, comme à Lower Ninth Ward, le rétablissement des lignes hautes tension et la rénovation des supermarchés et des hôpitaux ne sont toujours pas achevés.

>> À voir sur France 24 : "Huit ans après, la Nouvelle-Orléans panse toujours ses plaies"

Selon un récent sondage réalisé par Louisiana State University, la grande majorité des Blancs estiment que la Louisiane s'est globalement remise de la "tempête". Trois Noirs sur cinq estiment, eux, que ce n'est pas le cas.

L'économie de la ville repartie à la hausse

Dans son discours, Obama entend toutefois célébrer les avancées réalisées dans la reconstruction globale de la ville et tient à démontrer ce "que le pays peut faire lorsqu'il est uni vers un objectif ambitieux". Dix ans après, l'économie de la ville est repartie à la hausse. Le taux d'occupation des hôtels est plus élevé qu'avant la tempête et le rythme de créations d'entreprises est 64 % plus soutenu que la moyenne nationale. Et la criminalité a baissé : le nombre de meurtres y est au plus bas depuis 43 ans.

À l'époque de Katrina, le président George W. Bush avait décidé de survoler la Louisiane sans se poser. La photo le montrant en train de contempler la zone dévastée à travers le hublot de l'avion présidentiel Air Force One est rapidement devenue le symbole d'une administration déconnectée de la réalité.
 

Première publication : 27/08/2015

  • INTEMPÉRIES

    Sept ans après Katrina, l'ouragan Isaac touche les côtes de la Louisiane

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Cinq ans après Katrina, Barack Obama a rendu hommage aux victimes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Cinq ans après Katrina, la Nouvelle Orléans n'a toujours pas pansé ses plaies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)