Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

Economie

Chine : un journaliste "avoue" avoir créé "panique et désordre" sur les marchés

© STR, AFP | La Bourse de Shanghai a multiplié les pertes pendant plusieurs semaines.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/08/2015

Un journaliste financier a été arrêté après avoir "confessé", selon l'agence Chine nouvelle, avoir provoqué le chaos sur les marchés en divulguant de fausses informations. De hauts responsables de la finance ont également été placés en détention.

Il serait, selon Pékin, l’une des causes de la débâcle boursière qui a récemment frappé les marchés asiatiques. Wang Xiaolu, un journaliste financier du magazine "Caijing", a été mis en détention pour diffusion de fausses nouvelles sur les titres et les marchés à terme, a rapporté, dimanche 30 août, l'agence officielle Chine nouvelle.

Dans un article publié en juillet, Wang Xiaolu affirmait que l'autorité de réglementation des valeurs mobilières étudiait la possibilité d'une sortie des fonds publics du marché. La Commission chinoise de régulation des marchés financiers (CSRC) avait rapidement démenti les écrits du journaliste, les qualifiant "d'irresponsables".

>> À lire sur France 24 : "Six chiffres pour comprendre la crise boursière en Chine"

Selon l'agence, le journaliste a "avoué" que ses "fausses informations" avaient "provoqué la panique et le désordre à la Bourse, sérieusement sapé la confiance dans les marchés et infligé d'énormes pertes au pays et aux investisseurs". Mais le magazine "Caijing" a, dans un communiqué posté sur son site internet, affirmé qu'il "défendait le droit des journalistes à faire leur devoir conformément à la loi".

Délit d'initié, corruption, falsification

Chine nouvelle a également fait état de la détention d'un officiel de l'organisme de surveillance des marchés chinois et de quatre hauts responsables du plus important courtier pour des "infractions" sur le marché boursier.

Liu Shufan, un responsable de la CSRC, est soupçonné de délit d'initié, de corruption et de falsification de tampons officiels - dans ce dernier cas pour établir un faux certificat de divorce et faire de faux certificats fiscaux pour sa maîtresse. Il aurait lui aussi "avoué".

>> À voir dans Le Débat de France 24 : "L'Empire du Milieu fait trembler l'économie mondiale"

Les médias gouvernementaux chinois rapportent régulièrement ce qu'ils présentent comme des confessions de suspects dans des affaires importantes. L'agence a également rapporté que 197 personnes avaient été sanctionnées lors d'une campagne spéciale de la police contre les rumeurs sur Internet sur les marchés boursiers chinois, les récentes explosions meurtrières de Tianjin et d'autres "événements importants". Aucun détail n'a été fourni sur les sanctions.

ÉCONOMIE : Panique mondiale sur les marchés boursiers. Explications

Avec AFP
 

Première publication : 31/08/2015

  • MALAISIE

    La Malaisie, le pays le plus exposé à la crise boursière chinoise

    En savoir plus

  • BOURSE

    Six chiffres pour comprendre la crise boursière en Chine

    En savoir plus

  • BOURSE

    La Bourse de Shanghai dégringole et entraîne les places européennes dans leur chute

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)