Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : des images satellite confirment la destruction du temple de Bel par l'EI

© Unitar-Unosat, AFP | Images satellite du temple de Baal prises avant et après sa destruction. Les deux photos ont été prises le 27 et le 31 août 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/09/2015

Le temple de Bel, joyau de la cité antique de Palmyre en Syrie, a bien été détruit par les jihadistes de l'organisation État islamique. Des images satellite diffusées, lundi, par l'ONU ont confirmé cette information.

Il s'agit du deuxième temple détruit par l’organisation de l’État islamique (EI) en une semaine à Palmyre, site classé par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité. Le temple de Bel, joyau de la cité antique syrienne, a bien été détruit par les jihadistes de l'EI, selon des images satellite de l'ONU diffusées lundi 31 août.

SYRIE - Des images confirment la destruction du temple de Bel par l'EI

>> À lire sur France 24 : "L'EI diffuse des photos de la destruction du temple de Bel à Palmyre"

L'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (Unitar) a déclaré pouvoir "confirmer la destruction du bâtiment principal du temple de Bel ainsi que celle d'une rangée de colonnes qui le jouxte", après avoir comparé des images satellite avant et après l'explosion.

Dans un communiqué publié lundi soir, le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric, a fermement condamné "la destruction injustifiée d'un site d'une valeur inestimable pour notre patrimoine mondial commun".

Sur une image datée du 27 août, une structure rectangulaire entourée de colonnes est clairement visible, alors que sur un autre cliché pris lundi, on ne distingue plus que quelques colonnes, en bordure du site.

Dimanche, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait annoncé que l'EI avait détruit à l'explosif une partie du temple consacré au dieu Bel.

Un militant anti-régime de Palmyre, Mohammed Hassan al-Homsi, avait lui aussi fait état de la destruction partielle du temple. "Ils ont utilisé des récipients et des barils remplis d'explosifs, préparés d'avance", avait-il témoigné.

"Le plus beau temple"

Dans Palmyre, surnommé la "Perle du désert", le temple de Bel était incontestablement le plus impressionnant des bâtiments. "Il allie de manière unique l'art oriental et l'art gréco-romain. Il possède encore tous les attributs du temple antique: l'autel, le bassin, les colonnes... Avec Baalbeck au Liban, c'est le plus beau temple du Moyen-Orient", selon le directeur des Antiquités et des musées du pays, Maamoun Abdelkarim.

Il a fallu plus d'un siècle pour le construire puisque son érection commence en 32 et se termine au second siècle.

Le site de Palmyre a été conquis en mai par l'EI, qui a déjà détruit plusieurs joyaux archéologiques en Irak. L'EI considère les œuvres religieuses préislamiques, notamment les statues, comme de l'idolâtrie.

À Palmyre le 23 août, l'EI avait totalement détruit à l'explosif le temple de Baalshamin. Quelques jours plus tard, les jihadistes diffusaient une vidéo montrant le temple réduit à un amas de gravas.

Ce n'est pas le seul crime commis par les jihadistes dans cette ville. Le 18 août, ils avaient mutilé le corps de l'ex-patron des Antiquités de Palmyre Khaled al-Assad, 82 ans, après l'avoir exécuté puis pendu à un poteau.

Avec AFP
 

Première publication : 01/09/2015

  • SYRIE

    L'EI a exécuté l'ancien directeur du site de Palmyre

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'EI détruit deux mausolées islamiques anciens près de Palmyre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)