Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FOCUS

Côte d'Ivoire : plongeon dans le trafic illicite et très lucratif des faux médicaments

En savoir plus

Afrique

Exclusif : "Nous avons le soutien de l'armée", affirme le général Diendéré

© Ahmed Ouoba, AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/09/2015

Le général Gilbert Diendéré a affirmé sur France 24 qu'il avait le soutien de l'armée pour le coup d'État qu'il venait de mener. Il a également assuré que l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré n'était pas impliqué.

Joint par France 24 au téléphone, le général Gilbert Diendéré, chef des putschistes au Burkina Faso, a affirmé qu'il avait le soutien de l'armée. Il a également assuré que l'ancien président burkinabé Blaise Compaoré n'était pas impliqué dans le coup d'État mené le mercredi 16 septembre.

"Je n'ai pas eu de contact avec lui, ni avant ni après" le coup d'État, a-t-il précisé. "Il ne m'a pas appelé, je ne l'ai pas appelé non plus", a ajouté l'ancien chef d'état-major particulier du président Compaoré, chassé du pouvoir le 31 octobre 2014 après 27 ans de règne.

Compagnon d'armes de l'ancien président depuis leur jeunesse, le général Diendéré était déjà à ses côtés lorsque M. Compaoré avait renversé le président Thomas Sankara en 1987.

Le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), qui fut pendant trois décennies l'un des piliers du régime, a procédé aux arrestations du président de transition Michel Kafando, du Premier ministre Yacouba Isaac Zida et de deux autres ministres.

"Nous n'allons pas les garder indéfiniment, nous allons les libérer et ils vont rentrer chez eux", a également affirmé le général Diendéré sur France 24.

Ce coup d'État militaire intervient alors que ce pays de 17 millions d'habitants, enclavé au cœur du Sahel, s'acheminait vers des élections présidentielle et législatives prévues le 11 octobre, censées clore la transition ouverte après la chute de Blaise Compaoré il y a moins d'un an.

>> Retrouvez le liveblog de France 24 sur le coup d'État au Burkina Faso

Portrait : le général Gilbert Diendéré, chef des putschistes au Burkina Faso

 

Première publication : 17/09/2015

  • BURKINA FASO

    Le général Diendéré a pris la tête du Conseil de transition au Burkina Faso

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Burkina Faso : la communauté internationale exige la libération du président

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Burkina Faso : le président Kafando et le Premier ministre retenus par la garde présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)