Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Moyen-Orient

François Hollande appelle l'Arabie saoudite à renoncer à l'exécution d'Ali Mohammed al-Nimr

© Alain Jocard, AFP | François Hollande lors d'une conférence de presse le 23 septembre à Bruxelles.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/09/2015

François Hollande a appelé, mercredi, l'Arabie saoudite "à renoncer à l'exécution" et la crucifixion du jeune chiite de 21 ans, condamné à mort pour avoir manifesté contre la monarchie wahhabite.

Les appels à la clémence se multiplient dans le monde pour sauver le jeune Saoudien, condamné à mort. Paris ne déroge pas à la règle. Le président François Hollande est sorti de son silence, mercredi 23 septembre, à Bruxelles pour demander à l'Arabie saoudite "de renoncer à l'exécution" et à la crucifixion du jeune chiite Ali Mohammed al-Nimr pour avoir participé à une manifestation en 2012.

"Je demande à l'Arabie saoudite de renoncer à l'exécution du jeune Ali al-Nimr au nom de ce principe essentiel que la peine de mort doit être abolie et que les exécutions doivent être empêchées", a déclaré le chef d’État français lors d'une conférence de presse à l'issue d'un Conseil européen sur les réfugiés.

"La France est opposée à la peine de mort. J'ai toujours rappelé que cette position ne variait pas, ne connaissait aucune exception et que pour nous, tout doit être fait pour faire cesser ces exécutions partout, et notamment en Arabie saoudite", a insisté le chef de l'État alors que la France cultive des liens étroits avec le royaume.

Nomination à l’ONU

Âgé de seulement 21 ans, le jeune Ali al-Nimr voit peut-être pour la dernière fois le soleil se lever car la sentence peut être exécutée à tout moment cette semaine. Le père de ce jeune Saoudien a appelé mercredi le roi Salmane à épargner la vie de son fils.

La veille, des experts de l'ONU en droits de l'Homme ont demandé aux autorités saoudiennes d'annuler l'exécution, en exprimant de sévères critiques sur le processus judiciaire ayant conduit à sa condamnation.

Paradoxe, lundi 21 septembre, l’Arabie saoudite a été nommée à la tête d’un groupe consultatif qui propose des experts pour le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies.

Des appels émanant également d'organisations des droits de l'Homme et de nombreux pays se sont multipliés pour empêcher cette exécution par décapitation.

Avec AFP

Première publication : 24/09/2015

  • ARABIE SAOUDITE

    Le Saoudien Ali Mohammed al-Nimr sur le point d’être décapité pour avoir manifesté

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Riyad à la tête du Conseil des droits de l'Homme à l'ONU, stupeur et colère des ONG

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Les Saoudiennes obtiennent le droit de se présenter aux élections municipales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)