Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ethiopie-Erythrée, une délégation érythréenne ira bientôt à Addis-Abeba

En savoir plus

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Shell et Eni jugés pour corruption au Nigeria

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

En savoir plus

Amériques

La fracturation hydraulique a multiplié par 300 les séismes en Oklahoma

© David McNew, Getty Images North America, AFP | Des puits de pétrole dans le bassin de Monterey, en Californie, où du pétrole et du gaz de schiste sont extraits grâce à la fracturation hydraulique.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2015

Les dangers écologiques de la fracturation hydraulique sont mis en avant depuis plusieurs années par ses opposants. Ils pourront désormais s'appuyer sur l'augmentation du nombre de séismes dans l'Oklahoma, au centre des États-Unis.

Les grandes plaines de l'Oklahoma subissaient jusqu'à récemment deux séismes par an, mais il y en a désormais deux par jour. Avec une coupable toute désignée : la fracturation hydraulique pour récupérer des hydrocarbures.

Situé en plein milieu des États-Unis et bien loin des principales failles géologiques, l'Oklahoma a enregistré 585 séismes de magnitude d'au moins 3 sur l'échelle de Richter en 2014. C'est plus du triple que les 180 survenus en Californie située, elle, sur plusieurs failles.

Et le rythme s'affole, avec déjà 600 séismes depuis début 2015. La secousse la plus puissante, d'une magnitude de 4,5 a été mesurée dans la petite ville de Crescent. "C'est complètement sans précédent", souligne George Choy, sismologue au Centre de surveillance géologique.

>> À voir sur France 24 : "Gaz de schiste américain : l'économie au détriment de l'environnement ?"

Sandra Voskuhl, 76 ans, a grandi dans cet Oklahoma rural qui a connu ces dernières années un véritable essor dans l'exploitation de gisements de pétrole par fracturation hydraulique.

Elle n'avait jamais ressenti de secousse comme celle du 27 juillet : "Vous l'entendiez venir. Tout a tremblé", raconte-t-elle, se rappelant avoir hurlé quand les cadres photos sont tombés des murs. "On a besoin du pétrole pour nos travailleurs et notre économie, mais ces séismes sont assez effrayants".

"On ne sait pas quelles seront les conséquences à long terme"

La fracturation hydraulique consiste à injecter à haute pression de l'eau mélangée à du sable et à des produits chimiques pour fracturer les formations rocheuses du sous-sol et en extraire le pétrole et le gaz qui y sont emprisonnés.

Mais, en plus du pétrole et du gaz, une eau nauséabonde et saumâtre ressort également du sol dont les pétroliers se débarrassent en l'injectant dans d'autres puits, profonds parfois de plus de 1 500 mètres. L'Oklahoma compte ainsi 4 500 puits dans lesquels sont réinjectées les eaux usées, dont 3 200 opèrent quotidiennement. Or cet ajout artificiel d'eau dans les sous-sols modifie la pression sur les lignes de faille, causant des glissements qui font trembler la terre, explique George Choy.

>> À voir sur France 24 : "Gaz de schiste : dans le Colorado, les géants de l'énergie contre-attaquent"

Les scientifiques divergent sur la magnitude maximale que les séismes causés par la fracturation hydraulique pourraient atteindre. Pour certains, ils ne dépasseront jamais 4 ou 5, suffisant pour endommager les vitres et faire trembler les étagères, mais d'autres envisagent des magnitudes de 7, qui feraient s'effondrer des immeubles.

"Quand vous injectez de l'eau dans le sous-sol, elle n'en ressortira jamais. Vous la mettez à des endroits où il n'y en a jamais eu auparavant. Plus vous en mettez, plus la zone affectée sera importante. On ne sait pas quelles seront les conséquences à long terme", reprend George Choy.

La fracturation hydraulique a permis de récupérer d'importantes quantités de pétrole et de gaz dans plusieurs États, créant un boom économique qui s'est toutefois amoindri ces derniers temps par l'importante baisse des prix du pétrole.

Réaction tardive de la gouverneure républicaine de l’État

Mais elle a aussi suscité des inquiétudes relatives aux tremblements de terre et à la contamination des nappes phréatiques. Le rythme d'augmentation de l'activité sismique en Oklahoma effraie ainsi beaucoup d'habitants : "Nous sommes le seul État où ce problème est apparu... et nous avons continué", regrette Johnson Bridgwater, directeur exécutif du groupe écologiste Sierra Club.

"Nous voulons que la sécurité publique soit une priorité, au lieu que l'on considère cet État comme un laboratoire géant", dit-il encore.

La gouverneure républicaine Mary Fallin a mis du temps à accepter de reconnaître un lien entre fracturation hydraulique et activité sismique. Devant l'évidence, elle a enfin pris des dispositions cette année et certaines zones commencent à être surveillées, pour être sûrs que l'eau n'est pas réinjectée trop profondément ou en trop grandes quantités.

"Nous espérons que tout cela aura un impact significatif sur les séismes, mais c'est un processus en cours et nous continuerons à évaluer les résultats que nous obtenons aujourd'hui et avec d'éventuelles autres actions à l'avenir", indique à l'AFP le directeur de la communication de la gouverneure, Alex Weintz.

Estimant ces mesures très insuffisantes, le Sierra Club a appelé à un moratoire sur les puits de réinjection d'eau dans les 21 comtés d'Oklahoma les plus à risque.

Avec AFP

Première publication : 25/09/2015

  • ÉNERGIE

    Les États-Unis ouvrent le robinet des exportations de pétrole

    En savoir plus

  • ÉCOLOGIE

    Vidéo : les Algériens toujours mobilisés contre le gaz de schiste

    En savoir plus

  • POINT DE VUE

    Le "cheval de Troie" censé faire accepter le gaz de schiste aux Français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)