Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

Moyen-Orient

John McCain accuse les Russes d’avoir ciblé des rebelles syriens formés par la CIA

© Win McNamee, AFP/Getty | L'influent sénateur américain, John McCain, président de la commission des forces armées.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2015

Le sénateur américain, John McCain, a accusé la Russie d'avoir visé des rebelles syriens entraînés et financés par la CIA pour combattre l'organisation de l'État islamique, et non des jihadistes, comme l'assure Moscou.

Deux jours après l’entrée en scène militaire de Moscou dans le conflit syrien, des doutes et des critiques subsistent, jeudi 1er octobre. Interrogé par la chaîne CNN, le sénateur américain John McCain, figure respectée du camp républicain qui contrôle le Congrès, a accusé le Kremlin d’avoir visé des rebelles "armés et entraînés" par la CIA.

"Je peux absolument confirmer que ces frappes visaient l'Armée syrienne libre ou des groupes qui ont été armés et entraînés par la CIA", et non pas l’organisation de l’État islamique (EI), que les Russes, plus proches alliés du régime syrien, prétendent viser. Des sources de sécurité syrienne affirment d'ailleurs que des positions terroristes ont été visées à Hama, Homs et Lattaquié,où l'EI n’opère pas. Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a en outre déclaré que les raids aériens russes avaient visé des zones où il n'y avait "probablement" pas de jihadistes de l'EI.

>> À voir sur France 24 : "Guerre en Syrie : qui la Russie bombarde-t-elle ?"

John McCain, qui affirme s’appuyer sur des sources présentes sur place, estime que Moscou joue un double jeu en Syrie et ne cherche en réalité qu'à "garder le régime meurtrier d'Assad au pouvoir", en frappant son opposition.

Il avait auparavant ouvertement critiqué l'administration Obama. "Cette administration a créé la confusion chez nos amis et a encouragé nos ennemis", a tonné le sénateur, fustigeant les "périls de l'inaction" de l'Amérique au Moyen-Orient.

Les Occidentaux pris de court

Pris de court par l’initiative de Vladimir Poutine, les Américains ont envoyé plusieurs messages de réaction aux tonalités sensiblement différentes. Le département d'État a dans un premier temps paru condamner l'entrée en scène de Moscou, martelant que cela ne changerait rien aux opérations de la coalition internationale piloté par Washington et qui bombarde depuis un an l'EI en Syrie et en Irak.

Puis, devant le Conseil de sécurité, face au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, son homologue américain John Kerry a concédé que les États-Unis n'étaient pas contre le recours à la force par Moscou, à condition que cela vise vraiment l'EI et Al-Qaïda en Syrie.

En revanche, a-t-il tempéré, Washington aurait "de sérieuses inquiétudes si la Russie devait frapper des zones où il n'y a pas d'opérations de l'EI et de (groupes) affiliés à Al-Qaïda".

L'expansion de l'EI en Irak et en Syrie

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 01/10/2015

  • SYRIE

    Raids en Syrie : Washington et Moscou s'accordent sur la tenue d'une réunion militaire

    En savoir plus

  • SYRIE

    Raids en Syrie : Washington doute que Moscou ait ciblé l’EI

    En savoir plus

  • SYRIE

    Enquête de la France en Syrie : une procédure "politique et symbolique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)