Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

Amériques

Bolivie : Evo Morales, président à la longévité record, vise un quatrième mandat

© Aizar Raldes, AFP | Le président bolivien célèbre son record de longévité, le 21 octobre 2015, lors d'une cérémonie indigène.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2015

Le président bolivien, Evo Morales, qui vient de célébrer son record de longévité à la tête du pays, entend amender la Constitution pour briguer un quatrième mandat. Le dirigeant avait déjà eu recours à ce procédé en 2009.

Le plus ancien chef d'État en exercice sur le continent américain, le président bolivien Evo Morales, est en passe de changer la Constitution afin de briguer un quatrième mandat.

Fin septembre, une loi prévoyant de supprimer la limite du nombre de mandats présidentiels – pour l’instant limités à trois – a été adoptée par plus des deux tiers des députés. Pour entrer en vigueur, elle devra être ratifiée lors d’un référendum, prévu en février 2016, par une population largement acquise au président : la côte de popularité d’Evo Morales atteignait 75 % en août dernier et le vote est obligatoire en Bolivie.

En cas de victoire du "oui", le dirigeant bolivien sera en mesure de briguer un quatrième mandat et a déjà fait savoir qu’il serait candidat à la présidentielle de 2019. Cela lui ouvrirait la voie pour diriger la Bolivie au moins jusqu'en 2025.

En matière d’amendement de Constitution, Evo Morales n’en est pas à son coup d’essai : en 2009, il avait déjà révisé, à l’aide aussi d’un référendum, le nombre maximum de mandats présidentiels, alors limité à deux, et avait ainsi pu se représenter en 2014. Peu après son élection, cet ancien producteur de coca avait affirmé qu’il ne se représenterait plus.

Président depuis neuf ans, huit mois et 27 jours, un record

En parallèle de ces manœuvres politiques autour de la Constitution, Evo Morales, au pouvoir depuis le 22 janvier 2006, a célébré, mercredi 21 octobre, son record de longévité à la tête du pays. Celui qui est aussi le plus ancien chef d’État en exercice sur le continent américain a battu le record jusque là détenu par le Maréchal Andrés de Santa Cruz, président de la Bolivie durant neuf ans, huit mois et 26 jours entre 1829 et 1839.

"Aujourd'hui, nous avons dépassé ce record. Nous sommes ici pour rendre hommage au processus de changement, à notre peuple, et à ce virage engagé depuis maintenant neuf ans, huit mois et 27 jours", a lancé d’un ton triomphant celui qui fut le premier Indien à la tête du pays, depuis le complexe religieux pré-inca de Tiwanaku, centre spirituel et lieu sacré situé à 3 800 mètres d'altitude. Pour l’occasion, les célébrations ont commencé dès l'aube et le discours officiel a été précédé d'une cérémonie religieuse.

Toutefois, Evo Morales se dit désintéressé par le pouvoir à long terme et se défend régulièrement de vouloir conserver ses fonctions suprêmes coûte que coûte. Assurant qu’il n’est "pas question de rester éternellement" au pouvoir, il a indiqué fin septembre qu’il quitterait sans problème son poste mais que ses partisans le poussaient à rester en place.

En 2014, il avait par ailleurs évoqué avec envie sa future retraite en 2020 dans le Chapare, région tropicale de la Bolivie. "J’ouvrirai un restaurant où je serai serveur. La nourriture ne sera pas chère, mais il faudra payer pour me prendre en photo !", avait-il prédit.

Première publication : 22/10/2015

  • CHILI - BOLIVIE

    Un ministre bolivien limogé pour avoir avoir porté un veston polémique au Chili

    En savoir plus

  • BOLIVIE

    L’inoxydable Evo Morales en passe de décrocher un troisième mandat

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE

    Bolivie : Morales célèbre sa victoire, "un triomphe pour les anti-impérialistes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)