Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quelle prise en charge pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Loi asile et immigration : Gérard Collomb essuie la critique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inquiétante disparition de jeunes filles au Nigeria

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 1)

En savoir plus

Asie - pacifique

Vidéo : le Pakistan, l'un des pays le plus dangereux du monde pour les journalistes

© Capture d'écran France 24 | Le "club de la presse" à Peshawar, au Pakistan.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/11/2015

À l’occasion de la "Journée internationale de la fin de l'impunité des crimes commis contre des journalistes", France 24 a rencontré au Pakistan ceux qui exercent ce métier au péril de leur vie. Reportage à Peshawar.

Il s’appelle Abdul Azam Shinwari et il marche difficilement depuis qu'on lui a tiré dessus en septembre 2015. Ce correspondant pakistanais dans les zones tribales, le long de la frontière avec l'Afghanistan, est un miraculé de la profession. Depuis le 11 septembre 2001, au moins 50 journalistes ont été tués dans l'exercice de leurs fonctions au Pakistan, l'un des pays les plus dangereux au monde pour les reporters.

>> À (re)voir sur France 24 : "Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer"

Lui et ses confrères se sentent complètement démunis : ils sont non seulement menacés par les Taliban mais aussi par l'armée, le gouvernement... "Les journalistes qui travaillent dans les zones tribales ont beaucoup d'ennemis", explique-t-il. Pis, la plupart du temps, leurs assaillants ne sont jamais inquiétés par la justice.

En novembre 2012, Hamid Mir, l’un des journalistes vedettes du Pakistan, a échappe à la mort de justesse. Un demi-kilo d’explosif avait été dissimulé sous son véhicule mais, repérée à temps, la charge avait pu être désamorcée. Le journaliste avait entre autres dénoncé la tentative d’assassinat de la blogueuse de 14 ans Malala Yousafzai.

À l'occasion de la "Journée internationale de la fin de l'impunité des crimes commis contre des journalistes", France 24 a suivi le chemin de plusieurs d'entre d'eux qui, malgré la peur et les intimidations, ne renoncent pas à exercer leur métier. Un reportage de Claire Debuyser et Kamal Abdourahim.

Avec AFP

Première publication : 02/11/2015

  • PAKISTAN

    Pakistan : les Taliban ont mené une attaque meutrière sur une base aérienne

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Massacre de l'école de Peshawar : six condamnations à mort

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Un scandale de viols d'enfants de grande ampleur agite le Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)