Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

LE DÉBAT

Theresa May en France : le Brexit au plus vite ?

En savoir plus

Planète @venir

L’incroyable phénomène de l’e-sport

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabien Archambault : "La France n'est pas un grand pays de football"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : la télémédecine, une initiative pour les femmes médecins

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur la route des festivals de musique

En savoir plus

TECH 24

Beauté connectée : parce que vous le valez bien...

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le monde décrit par Trump n’existe pas"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attentat de Nice : "Cazeneuve face à l'été meurtrier"

En savoir plus

Afrique

L'actrice Loubna Abidar, star du film "Much Loved", violemment agressée au Maroc

© Yohan Bonnet, AFP | Loubna Abidar reçoit le prix de la meilleure actrice pour "Much Loved", lors du festival du film francophone d'Angoulême, le 30 août 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/11/2015

L'actrice marocaine incarnant une prostituée dans le film "Much Loved" a affirmé dans une vidéo avoir été agressée au Maroc, où le long-métrage a été interdit. En sang et en larmes, elle indique ne pas avoir été autorisée à porter plainte.

La star marocaine du film "Much Loved" Loubna Abidar a déclaré, dans une vidéo publiée vendredi 6 novembre sur Facebook, avoir été violemment agressée à Casablanca, au Maroc. Arcade sourcilière ouverte et visage tuméfié, l’actrice de 29 ans est apparue en larmes sur les images.

>> À lire sur France 24 : "Much Loved", l'anti "Pretty Woman" que le Maroc ne veut pas voir

"J'ai été agressée", affirme simplement celle qui campe le rôle principal dans ce film dépeignant le quotidien de prostituées à Marrakech. "Les médecins, les cliniques et les commissariats ont refusé de m’accueillir. Je suis allée au grand commissariat de Casablanca en pleine nuit et on m'a reçue avec des rires. Le policier a dit : 'Enfin, Abidar a été frappée !'"

"Tout cela pour un film que vous n'avez pas vu"

Loubna Abidar, qui est régulièrement la cible de propos haineux sur les réseaux sociaux, a déjà reçu menaces de mort au Maroc de la part d’extrémistes. Une situation inquiétante au point que le réalisateur Nabil Ayouch avait appelé, en mai dernier, les autorités à assurer la protection des actrices de son film.

Le témoignage de l'actrice de "Much Loved", Loubna Abidar (en arabe)

الممثلة المغربية الأمازيغية لبنى أبيضار تتعرض للاعتداء إثر وصولها إلى الدار البيضاء من طرف مجرمين مجهولين ، والمصحات وولايات الأمن بالمنطقة لم تستقبلها .. بل تشمتوا فيها قائلين "وأخيرا لبنى أبيضار أتت إلينا مضروبة ."الفنانة الآن في منزل إحدى السيدات وجرحها خطير ..كيفاش مابغاوش يستقبلوها !! واش الطبيب كيختار شكون يداوي ؟ واش الكوميساريات كتختار لمن تأمن الحماية ؟ لبنى أبيضار إنسان قبل ما تكون ممثلة أعباد الله !!فين هي الإنسانية ؟؟

Posted by Asmae Mahdad on Thursday, 5 November 2015

"Tout cela pour un film que vous n'avez pas vu", ajoute Loubna Abidar, qui a reçu le prix de la meilleure actrice lors du festival du film francophone d'Angoulême en août. "Vous en avez vu uniquement ce qu’ils [les autorités marocaines, NDLR] ont voulu vous montrer. Jugez-moi à partir du vrai film."

>> À voir sur France 24 : "Nabil Ayouch : 'Je présente les prostituées marocaines comme des guerrières'"

"Much Loved" a défrayé la chronique au Maroc, où il a été interdit et a fait l’objet de plaintes, notamment pour incitation à la prostitution. Dans une scène, la prostituée campée par Loubna Abidar se fait violer par un policier dans un commissariat de Marrakech.

Un autre acteur du film avait pour sa part, en juin, annoncé avoir été victime d'une agression au couteau à Casablanca.

Première publication : 06/11/2015

  • CINÉMA

    "Much Loved" : l'anti "Pretty Woman" que le Maroc ne veut pas voir

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Le monde du cinéma s’insurge de l’interdiction de "Much Loved" au Maroc

    En savoir plus

  • MAROC

    Le film de Nabil Ayouch sur la prostitution, "Much Loved", interdit au Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)