Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le meurtre de deux inspecteurs de l'ONU, signe du chaos en RDC"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Valls, M. Déloyal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bye Bye l'UE !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

FRANCE

Paris endeuillée par les attentats les plus meurtriers de son histoire

© Miguel Medina, AFP | Les secours stationnés rue Oberkampf, près du Bataclan où ont été tués une centaine de personnes.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/11/2015

Plusieurs attentats ont frappé Paris vendredi. Des fusillades ont eu lieu dans l’est de la capitale, notamment au Bataclan où s'est déroulée une prise d'otages. Des explosions ont retenti près du Stade de France. Au moins 120 personnes ont été tuées.

Des attaques sans précédent ont frappé la capitale française vendredi 13 novembre. Au moins 120 personnes ont été tuées dans des fusillades et explosions à Paris et aux abords du Stade de France. Ce sont les attentats les plus meurtriers qu’ait connus la France ces dernières décennies.

Des hommes ont tiré des rafales d'armes automatiques peu après 21 heures dans plusieurs rues d’un quartier très fréquenté de l’est de Paris. Des témoins ont rapporté avoir vu des hommes masqués ouvrir le feu sur des terrasses de cafés et restaurants.Parmi les cibles, des lieux particulièrement populaires comme le bar Le Carillon et le Petit Cambodge dans le XIe arrondissement ou le bar La Belle équipe dans le Xe.

"Les terroristes, les assassins ont balayé avec des mitraillettes plusieurs terrasses de cafés […]. Et donc il y avait des victimes dans des conditions terribles, atroces à de nombreux endroits", a dit Michel Cadot, préfet de police de Paris.

"Quartiers populaires stade concert restaurants vendredi soir. Lieux de vie et de bonheur partagés La cible était notre joie de vivre #Paris", écrivait vendredi dans un tweet Samah Soula, une journaliste de la chaîne France 2.

Selon le procureur de la République de Paris, François Molins, au moins 18 personnes ont été tuées boulevard de Charonne, une boulevard Voltaire, cinq rue de la Fontaine-au-Roi et 14 rue d’Alibert, dans les Xe et XIe arrondissements de Paris. Plus de 200 blessés ont également été dénombrés, 80 se trouvent dans un état grave.

"Ils tiraient dans le tas"

Les assaillants sont ensuite entrés dans la salle de spectacle du Bataclan où ils ont ouvert le feu avant de retenir plusieurs dizaines de personnes en otage. Des témoins rapportent que plusieurs hommes non masqués sont entrés dans la salle et ont ouvert le feu. "C’est la faute de Hollande, il n’a pas à intervenir en Syrie", ont lancé plusieurs terroristes, selon des témoins. "Ils tiraient juste dans le tas, rapporte un rescapé. Ils étaient armés avec de gros fusils, j’imagine que c’est des kalachnikov […] Ils n’arrêtaient pas de tirer. Il y avait du sang partout, des cadavres partout". Une centaine de personnes ont été assassinées.

L’assaut a été donné vers minuit par les hommes de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI). Il s’est achevé un petit moins de deux heures plus tard. Des sources proches de l’enquête ont annoncé que quatre assaillants avaient été tués. Selon le préfet de police, trois des quatre terroristes sont morts en actionnant les  ceintures d’explosifs qu’ils portaient au moment de l’assaut.

La carte des six sites attaqués
© DigitalGlobe

Explosions près du Stade de France

Alors même que la fusillade commençait au Bataclan, des explosions retentissaient près du Stade de France où se jouait un match amical France-Allemagne en présence de François Hollande et du ministre allemand des Affaires étrangères Franck-Walter Steinmeier, qui ont été évacués. Selon une envoyée spéciale de France 24, les détonations ont eu lieu dans une brasserie ainsi que dans deux établissements de restauration rapide proches du stade. Les spectateurs ont commencé à être évacués avant d’être finalement regroupés sur la pelouse du stade. Ils ont pu quitter les lieux vers 23h45.

Selon le procureur de la République de Paris, deux terroristes ont été "neutralisés" aux abords du stade.

État d'urgence

François Hollande a décrété l’état d’urgence à Paris et sur tout le territoire, qui permet aux autorités "d’interdire la circulation des personnes", d’instituer des "zones de protection ou de sécurité" et aux forces de l'ordre de pratiquer des perquisitions. Le chef de l’État a également annoncé le rétablissement des contrôles aux frontières.

"Nous ne nous laisserons pas impressionner. Nous allons mener le combat. Il sera impitoyable", a ensuite déclaré François Hollande, qui a annulé son déplacement prévu en Turquie samedi dans le cadre du G20. La France y sera représentée par les ministres Laurent Fabius et Michel Sapin.

Dans un communiqué, l'Élysée a fait état de l'envoi de 1 500 militaires supplémentaires dans la capitale.

Les Parisiens doivent rester chez eux

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs". Elle devra permettre de savoir s'il y a encore "des complices ou co-auteurs dans la nature", a-t-il ajouté.

Huit terroristes auraient été tués, selon le bureau du procureur.

La préfecture de police appelle tous les parisiens à rentrer chez eux et à y rester jusqu’à nouvel ordre.

Pour plus d'informations sur l'état des transports en commun à Paris, consultez le site de la RATP

La préfecture de Paris a mis en place un numéro d'urgence : 0800 40 60 05
 

Première publication : 14/11/2015

  • ATTAQUES À PARIS

    Attaques à Paris : les premiers kamikazes identifiés dimanche, un suspect recherché

    En savoir plus

  • ATTAQUES À PARIS

    "Il n'y a plus que des bruits de balles qui retentissent dans ma tête"

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Démonstration de solidarité internationale après les attentats de Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)